Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 14:54

 

 

 

 

 

Jean-Paul Belmondo

Biographie
Naissance    
9 avril 1933
Neuilly-sur-Seine (France)
Décès    
6 septembre 2021 (à 88 ans)
Paris (France)
Nom de naissance    
Jean Paul Charles Belmondo
Surnom    
« Bébel »
Nationalité    
Drapeau de France Français
Formation    
École alsacienne
Conservatoire national supérieur d'art dramatique
Lycée Louis-le-Grand
Activités    
Producteur de cinéma, acteur, cascadeur
Période d'activité    
1953-2015
Père    
Paul Belmondo
Fratrie    
Alain Belmondo
Conjoints    
Élodie Constantin (d) (de 1959 à 1968)
Natty Tardivel (de 2002 à 2008)
Enfants    
Paul Belmondo
Patricia Belmondo (d)
Stella Belmondo (d)
Florence Belmondo (d)

Jean-Paul Belmondo est un acteur français, né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine et mort le 6 septembre 2021 à Paris. Il a été également producteur de cinéma et directeur de théâtre.

Alternant dans les premières années de sa carrière des films populaires et de cinéma d'art et d'essai avant de pencher nettement pour la première catégorie, sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure contribuent à en faire rapidement l'une des plus grandes vedettes du cinéma français. Champion incontesté du box-office au même titre que Louis de Funès et Alain Delon à la même époque, Jean-Paul Belmondo a attiré dans les salles, en cinquante ans de carrière, près de 160 millions de spectateurs ; entre 1969 et 1982, il a joué à quatre reprises dans les films les plus vus de l'année en France : Le Cerveau (1969), Peur sur la ville (1975), L'Animal (1977), L'As des as (1982), égalant le record de Fernandel et n'étant dépassé sur ce point que par Louis de Funès1.

Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, tels Alain Resnais, Louis Malle, Philippe de Broca, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Jean-Paul Rappeneau, Georges Lautner, Gérard Oury ou encore Alexandre Arcady, ainsi qu'avec quelques réalisateurs étrangers comme Vittorio De Sica, Mauro Bolognini ou Peter Brook. Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent Mille Dollars au soleil (1964), Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) ou Hold-up (1985).

À partir du milieu des années 1980, ses films attirent moins de spectateurs, tandis que la critique ne l'épargne pas. Il est moins présent au cinéma et se produit surtout au théâtre. Il obtient cependant en 1989 le César du meilleur acteur pour son rôle dans Itinéraire d'un enfant gâté, distinction qu'il refuse. Au début des années 2000, des problèmes de santé l'ont contraint à se retirer du cinéma et des planches, si l'on excepte un film sorti en 2009. Pour l'ensemble de sa carrière, il reçoit une Palme d'honneur au cours du Festival de Cannes 2011 puis, lors de la cérémonie des Césars 2017, un hommage lui est rendu en sa présence, au cours duquel le public lui fait une longue ovation debout.


Origines et formation
Jean Paul Charles Belmondo2,3 naît à Neuilly-sur-Seine. Il est le deuxième des trois enfants de Paul Belmondo (1898-1982), sculpteur de renom d'origine piémontaise et sicilienne, né à Alger, et de Madeleine Rainaud-Richard (1901-1997), une artiste-peintre qui a rencontré son futur mari sur le banc de l'École nationale supérieure des beaux-artsGD 1 de Paris.

Jean-Paul Belmondo vit ses premières années à la Villa Saint-Jacques à Paris, puis en 1938, il emménage au 4, rue Victor-Considérant, car son père a son atelier dans d'anciennes écuries au 77, avenue Denfert-Rochereau4. Jeune homme, il a longtemps occupé un deux-pièces dans le même immeuble5. Durant l'enfance de Jean-Paul Belmondo, la famille connaît quelques privations, Paul Belmondo ayant du mal à vivre de son art pendant la Seconde Guerre mondiale et l'occupation allemande.

Inscrit dans les meilleures écoles de la bourgeoisie parisienne (école paroissiale de la rue Henri-Barbusse, École alsacienne, d'où il est rapidement renvoyé, École Pascal, lycées Louis-le-Grand, Henri-IV et Montaigne? Jean-Paul Belmondo, peu enclin aux études, est un élève indiscipliné. Il découvre très jeune le plaisir du sport, le cyclisme, le football (au lycée, il est gardien de but), puis la boxe, qu'il va longtemps pratiquer en amateur, et brièvement en professionnel durant son adolescence avec quatre victoires et un match nul en neuf combats. De cette passion pour la boxe il déclare : « À 15 ans, après avoir écouté à la radio la victoire de Marcel Cerdan sur Tony Zale, je n’avais qu’une idée : faire de la boxe. Mais, pour boxer, il faut avoir faim et avoir la haine. Ce n’était pas mon cas ». En 1948, il admire Les Femmes savantes dans une nouvelle présentation qui marquait les débuts de Denise Gence dans la Maison de Molière. À seize ans, il est atteint d'une primo-infection de la tuberculose et ses parents l'envoient dans le Cantal à Allanche. Dans le calme et l'air vivifiant, le jeune homme décide de devenir comédien.

De retour d'Auvergne, malgré un avis défavorable du sociétaire de la Comédie-Française André Brunot, il suit les cours de Raymond Girard et débute au théâtre en 1950 en interprétant La Belle au Bois Dormant dans les hôpitaux de la ville de ParisG. Pendant six mois, Raymond Girard va l'aider à préparer le concours du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, où il est recalé, mais admis en tant qu'auditeur libre en 1951. En janvier 1952, il repasse l'examen d'entrée mais échoue de nouveau. C'est seulement en octobre 1952 qu'il est enfin admis. Pierre Dux dont il est l'élève déclare un jour, « qu'avec la tête qu'il a, il ne pourrait jamais prendre une femme dans ses bras, car cela ne serait pas crédible ». Ce professeur du Conservatoire lui prédit un abonnement aux seconds rôles. Jean-Paul Belmondo y reste quatre ans et y rencontre notamment la « bande du Conservatoire » : il se lie d'amitié avec Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Cremer, Pierre Vernier et Michel Beaune. Il participe également à des spectacles théâtraux sous la direction de Michel Galabru. Avec Guy Bedos, il se livre sur la place du village ou aux terrasses de café à des numéros de cabaret en jouant des sketchs de Pierre Dac et Francis Blanche. En 1953, il fait la connaissance d'Élodie Constant, danseuse sous le nom de « Renée Constant », qui devient sa compagne. Le couple mène une vie « de bohème », ce qui n'empêche pas les deux jeunes gens d'avoir une fille, Patricia née la même année (morte en 1993, à 40 ans, dans un incendie).

Les professeurs de Jean-Paul Belmondo continuent de ne pas tenir son talent en haute estime. En 1956, lors du concours de sortie du Conservatoire, il interprète une scène de la pièce Amour et Piano de Georges Feydeau : le public l'acclame, mais le jury présidé par Marcel Achard lui fait payer sa désinvolture et lui décerne un simple accessit, lui interdisant ainsi l'entrée à la Comédie-Française. Les camarades de Belmondo le portent en triomphe pour le soutenir, tandis qu'il adresse un bras d'honneur aux jurés. L'acteur et enseignant au Conservatoire Henri Rollan lui dit alors : « Le professeur ne t'approuve pas, mais l'homme te dit bravo ».

Les débuts (1953-1959)
En 1953, Jean-Paul Belmondo fait ses vrais débuts sur les planches dans deux pièces au Théâtre de l'Atelier, Médée de Jean Anouilh et Zamore de Georges Neveux dans des mises en scène d'André Barsacq. Le jeune acteur se réjouit de jouer dans une pièce d'Anouilh, pour laquelle il est par ailleurs crédité sous le nom de Jean-Paul Belmondo : mais la tragédie s'avère un échec public, ce qui conduira Belmondo à déclarer « Médée est le premier bide de Jean Anouilh, et je joue dedans! »

En 1956, Belmondo joue dans le film Les Copains du dimanche, qui ne trouve pas de distributeur, et ne sortira qu'en 1967 : déçu du sort réservé au film, il retourne sur les planches, où il interprète des pièces de Feydeau et de George Bernard Shaw. Sa carrière cinématographique débute vraiment avec un petit rôle, dans Sois belle et tais-toi, réalisé en 1958 par Marc Allégret : Belmondo y croise Alain Delon, également débutant. La même année, Jean-Paul Belmondo est envisagé pour tenir l'un des rôles principaux du film Les Tricheurs : le réalisateur Marcel Carné hésite cependant entre lui et Laurent Terzieff. Après une longue indécision, Carné finit par choisir Terzieff, qu'il juge plus crédible pour un rôle d'intellectuel : il embauche cependant Belmondo pour tenir le rôle de l'un des acolytes du personnage de Terzieff, ce qui permet au jeune comédien d'apparaître régulièrement tout au long du film, et d'améliorer sa situation financière en touchant un bon cachet.

Belmondo retrouve ensuite Marc Allégret pour les besoins du film Un drôle de dimanche, avec Bourvil et Danielle Darrieux. Jean-Luc Godard, alors critique aux Cahiers du cinéma, juge le film exécrable, mais loue le talent de Belmondo en qui il voit « le Michel Simon et le Jules Berry de demain ». Godard l'embauche ensuite pour jouer dans son court métrage Charlotte et son jules : Belmondo inaugure ainsi une période de collaboration au mouvement dit de la Nouvelle Vague. Toujours en 1958, Belmondo est rappelé sous les drapeaux pour servir lors de la guerre d'Algérie, ce qui l'oblige à abandonner les représentations d'Oscar. Une fois démobilisé, il revient en France métropolitaine et se remet en quête de rôles, tout en décidant de se marier.

Belmondo tient l'année suivante son premier rôle important dans À double tour, de Claude Chabrol. Le film connaîtra une carrière commerciale moyenne. Belmondo enchaîne avec un autre film de la Nouvelle Vague, À bout de souffle, de Jean-Luc Godard, qu'il considère comme moins important que celui de Chabrol. Enthousiasmé par les conditions de travail avec Godard - les dialogues sont quelquefois improvisés -, il tourne ensuite Classe tous risques, film policier réalisé par Claude Sautet, dont il partage la vedette avec Lino Ventura.

Avant même la sortie des films de Godard et Sautet, Belmondo achève la décennie en interprétant le rôle de d'Artagnan dans Les Trois Mousquetaires, dramatique télévisée réalisée par Claude Barma, tournée et diffusée en direct pour Noël 1959. Bien qu'en retirant un surcroît de notoriété, il n'apprécie guère ce premier tournage télévisuel, du fait des cadences imposées aux comédiens par les conditions du direct.

Révélation et vedettariat (1960-1970)

Jean-Paul Belmondo à Rome en 1962.
1960 est l'année de la révélation pour Jean-Paul Belmondo : À bout de souffle sort en mars et remporte un triomphe public et critique, s'imposant comme l'un des films-phares de la Nouvelle Vague. Quant à Jean-Paul Belmondo, il a enfin surmonté les réticences que les tournages de cinéma lui inspiraient en tant que jeune acteur de théâtre. Le mois suivant sort Classe tous risques : si le film de Sautet, sorti peu après celui de Godard, est éclipsé par ce dernier, il bénéficiera ensuite de multiples rediffusions téléviséesGD 19. Très actif au cours des années 1960, durant lesquelles il tourne 34 films12, Jean-Paul Belmondo devient une figure de premier plan du cinéma français, et s'affirme rapidement comme un interprète aux multiples facettes, capable de tenir des rôles variés sous la direction des plus grands réalisateurs : il se distingue également comme un acteur très physique, appréciant de tourner sans doublure des scènes mouvementées.

Peu avant la sortie des films de Godard et Sautet, il tourne Moderato cantabile, réalisé par Peter Brook d'après Marguerite Duras, film médiocrement accueilli malgré sa sélection au festival de Cannes 1960. Une fois révélé, il tourne dans plusieurs films italiens, dont La Viaccia, de Mauro Bolognini, avec Claudia Cardinale, et La ciociara, de Vittorio De Sica, avec Sophia Loren. Il retrouve ensuite Jean-Luc Godard pour Une femme est une femme, avant de tourner Léon Morin, prêtre sous la direction de Jean-Pierre Melville, film accueilli tièdement par le public et la critique. Après un second film avec Melville, le polar Le Doulos, Jean-Paul Belmondo s'impose en héros d'aventures avec un film de cape et d'épée réalisé par Philippe de Broca : Cartouche est un triomphe en salles, dépassant les trois millions d'entrées.

Puis, il joue dans Un singe en hiver réalisé par Henri Verneuil d'après le roman d'Antoine Blondin, et dont il partage l'affiche avec Jean Gabin. Très impressionné à l'idée de côtoyer Gabin, Belmondo s'entend finalement à merveille avec son partenaire après avoir eu des moments où Gabin boudait sans parler ni même lui adresser la parole. La fraternité tardive (ils ne se parlaient guère au début du tournage) entre les deux acteurs se retrouve chez les personnages du film, le dialogue de Michel Audiard faisant dire à Gabin, à l'adresse de Belmondo : « Môme, t'es mes vingt ans ! » Si le film obtient un succès commercial inférieur à celui escompté, il est apprécié de Blondin, et Audiard le considère à l'époque comme sa plus belle réussite. Un singe en hiver montre en outre un Belmondo capable de tenir tête à l'écran à un grand comédien de la génération précédente. Après plusieurs autres films - parmi lesquels L'Aîné des Ferchaux de Jean-Pierre Melville, d'après Georges Simenon - il retrouve Philippe de Broca pour les besoins de L'Homme de Rio, film d'aventures au rythme endiablé qui lui convient très bien, dont il partage la vedette avec Françoise Dorléac (sœur de Catherine Deneuve). Sorti en février 1964, L'Homme de Rio est pour Belmondo un nouveau triomphe commercial, approchant les cinq millions d'entrées en France. Ce mariage d'humour et d'action allie de surcroît succès critique et public14. Le 5 novembre 1963, Jean-Paul Belmondo est par ailleurs élu président du Syndicat français des acteurs.


Jean-Paul Belmondo lors du tournage de L'Homme de Rio.
Les succès s'enchaînent, allant du film d'aventures (Cent mille dollars au soleil, d'Henri Verneuil) au film dramatique (Week-end à Zuydcoote, du même réalisateur). Il retrouve ensuite Philippe de Broca pour Les Tribulations d'un Chinois en Chine, comédie d'aventures à grand spectacle : sur le tournage, il rencontre et tombe amoureux de sa partenaire Ursula Andress ; son épouse demandera le divorce l'année suivante et la presse internationale rend abondamment compte de la liaison entre les deux acteurs ; ils vivent alors dans une maison située sur l'île des Corbeaux, le long de la Marne. Puis il joue aux côtés d'Anna Karina dans Pierrot le Fou (1965), qui marque l'apogée de sa collaboration avec Jean-Luc Godard, et remporte un succès à la fois critique et public. Jean-Paul Belmondo envisage à l'époque, poussé par Ursula Andress, de tenter l'aventure du cinéma américain, ils y vivent pendant 6 mois, mais y renonce finalement, ne se sentant pas à l'aise à Hollywood. Il alterne les œuvres de pur divertissement, comme Le Cerveau, de Gérard Oury, et les films plus sombres comme La Sirène du Mississipi, de François Truffaut : ce dernier film, sorti en juin 1969, est médiocrement accueilli par un public sans doute déçu de ne pas retrouver l'image de héros positif et désinvolte qui a tant fait pour le succès de l'acteur au cinéma. Jean-Paul Belmondo achève la décennie en donnant la réplique à Annie Girardot dans Un homme qui me plaît, film de Claude Lelouch, qui ne rencontre pas son public.

Il acquiert le surnom de « Bebel », en lien avec le personnage « Pepel » joué par Jean Gabin dans le film Les Bas-fonds (1936) de Jean Renoir. Belmondo considérant que c'était un des plus beaux rôles du cinéma, son ami Henri Deschamps s'amuse à l'affubler de ce surnom. À la suite d'une faute de frappe, Pepel est devenu Bebel, et le surnom est resté16.

Adhérant au SFA-CGT, le syndicat français des acteurs, il en est le président 1963 et 1966.

L'apogée du succès (1970-1985)

Jean-Paul Belmondo en septembre 1971, peu après la sortie du film Le Casse.
Jean-Paul Belmondo entame la décennie 1970 avec Borsalino, film policier réalisé par Jacques Deray, dans lequel il partage la vedette avec son rival au box-office, Alain Delon. Le film remporte un triomphe commercial, approchant les cinq millions d'entrées. La collaboration Delon-Belmondo est cependant ternie par un procès opposant les deux acteurs à la sortie du film, Delon, producteur du film, ayant contrevenu aux modalités prévues en faisant figurer son nom deux fois sur l'affiche (comme producteur et comme acteur). Belmondo obtient finalement gain de cause .

En 1971, l'acteur fonde une maison de production, Cerito Films, dans le but de gérer plus efficacement sa carrière et de s'investir dans ses films de manière plus personnelle.

Durant les années 1970, Jean-Paul Belmondo tourne à un rythme soutenu, enchaînant les succès publics sous la direction de metteurs en scène comme Philippe de Broca, Henri Verneuil, Claude Chabrol ou José Giovanni : Les Mariés de l'an II, Le Casse, Docteur Popaul, La Scoumoune, Le Magnifique. En 1972, il commence une histoire d'amour avec l'actrice italienne Laura Antonelli.

En 1974, Belmondo connaît cependant une déception (en tant que producteur et acteur) avec Stavisky d'Alain Resnais : si le film, contrairement à ce qui a pu être dit, n'est pas un four commercial, il remporte un succès bien moindre que celui auquel l'acteur est habitué. Belmondo, qui apprécie Stavisky, vit de surcroît très mal l'accueil médiocre réservé au film et à son réalisateur lors du festival de Cannes 1974. Dans les années suivantes, l'acteur préfèrera s'en remettre à des cinéastes plus « commerciaux », ce qui suscite de nombreuses critiques qui le peinent bien qu'il s'en défende. Stavisky est souvent considéré comme ayant nettement modifié la carrière de Jean-Paul Belmondo, qui s'oriente désormais presque exclusivement vers le cinéma de divertissement.

En 1975, Jean-Paul Belmondo remporte un très gros succès avec Peur sur la ville d'Henri Verneuil, dans lequel il exécute des cascades dangereuses et risquées, dont une scène où il apparaît suspendu à un hélicoptère au-dessus du vide. Belmondo retire du tournage quelques blessures, qui ajoutent à sa réputation. Si le succès public est plus que jamais au rendez-vous, son succès critique commence à décroître : il déclarera plus tard, « Pour l'intelligentsia parisienne, j'étais devenu un cascadeur, je ne savais plus jouer la comédie ». Belmondo enchaîne polars, films d'aventures, comédies : L'Incorrigible de Philippe de Broca, dans lequel il s'amuse à camper un « anti-superman », L'Alpagueur de Philippe Labro, Le Corps de mon ennemi d'Henri Verneuil, L'Animal de Claude Zidi. À la même époque, un projet de nouvelle collaboration avec Jean-Luc Godard — une adaptation du livre L'Instinct de mort de Jacques Mesrine — tourne court, et une polémique par voie de presse oppose ensuite l'acteur et le cinéaste.

En 1980, il rencontre une exilée brésilienne de vingt ans, Carlos Sotto Mayor, fille d'un banquier. La relation houleuse avec cette comédienne et chanteuse dure six ans.


Le virage commercial de l'acteur est symbolisé par les affiches où son nom seul apparaît en haut, écrit en grosses lettres capitales, toujours avec les mêmes caractères, tel une marque, à partir de Peur sur la ville.
Entre 1978 et 1983, la carrière de Jean-Paul Belmondo connaît son apogée commercial, chacun des films de l'acteur s'avérant un succès public auquel sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure ne sont pas étrangers. Il enchaîne trois films réalisés par Georges Lautner : Flic ou Voyou, qui dépasse, pour la première fois dans la carrière de Belmondo, le million d'entrées sur Paris-périphérie, Le Guignolo, dans lequel il réédite sa cascade en hélicoptère, et Le Professionnel, ce dernier film dépassant les cinq millions d'entrées en France. En 1982, il dépasse encore le score du Professionnel avec L'As des as, réalisé par Gérard Oury, qui triomphe commercialement malgré des rapports de plus en plus tendus avec la critique, à laquelle Belmondo n'a pas souhaité montrer le film.

L'année suivante, Le Marginal, polar réalisé par Jacques Deray, est un nouveau triomphe commercial. Mais en 1984, Les Morfalous d'Henri Verneuil, tout en remportant un score très enviable, perd un million de spectateurs par rapport aux précédents succès de Belmondo. Les films de l'acteur font désormais l'objet de critiques sur leur caractère répétitif. Ce trait se ressent en particulier sur la publicité de ses films policiers, de plus en plus centrée sur un Belmondo qui, unique point de mire, affecte sur de nombreuses affiches une pose de justicier, ou de « superflic », immuable. Belmondo décide alors d'infléchir son image en revenant à la comédie pure, dans Joyeuses Pâques, réalisé par Georges Lautner d'après la pièce de théâtre de Jean Poiret. Tout en souhaitant se renouveler au cinéma, Belmondo manifeste également ainsi son envie de remonter sur les planches.

En 1985, Jean-Paul Belmondo tourne Hold-up, comédie policière d'Alexandre Arcady. Sur le tournage de ce film qui dépassera les deux millions d'entrées, il se blesse sérieusement en exécutant une cascade, n'ayant pas voulu être doublé. À cinquante-deux ans, le temps des films d'action semble révolu pour lui.

Échecs et retour réussi au théâtre (1985-2001)
En 1987, Le Solitaire, film policier réalisé par Jacques Deray, est un échec commercial selon les critères habituels de Belmondo. C'est en effet la première fois, depuis 1963, qu'un film dont il tient la vedette attire moins d'un million de spectateurs dans les salles. L'acteur déclarera plus tard « Le Solitaire a été le polar de trop. J'en avais marre et le public aussi ».

La même année, Robert Hossein lui propose de remonter sur scène. Belmondo saisit l'occasion et, près de trente ans après avoir quitté les planches, interprète Kean de Jean-Paul Sartre d'après Alexandre Dumas, au Théâtre Marigny, de février à juin 1987, reprenant ensuite la pièce en septembre pour une prolongation de deux mois et demi. Enthousiasmé par ce succès, Jean-Paul Belmondo se dit ravi d'avoir retrouvé sa vocation d'origine.

Il crée le prix Paul-Belmondo devant récompenser un sculpteur contemporain pour la qualité de son œuvre. En 1989 le lauréat est Cyril de La Patellière.

En 1988, Claude Lelouch lui offre le rôle principal d'Itinéraire d'un enfant gâté. Belmondo, ravi d'interpréter un rôle de composition qui lui permet de s'écarter de son image cinématographique habituelle, retrouve avec ce film le succès commercial. Sa prestation lui vaut également d'obtenir le César du meilleur acteur, lors de la 14e cérémonie des César en 1989. Il avait pourtant précisé, dès l'annonce de sa nomination, ne pas être intéressé par le prix, mais l'Académie passe outre en le lui attribuant. Belmondo n'est pas présent à la cérémonie et ne va pas chercher sa récompense, une manière de rappeler que, comme au début de sa carrère lors du concours d'entrée à la Comédie française, le public est le seul jury qui puisse lui accorder des distinctions. De plus Belmondo n'a jamais pardonné au sculpteur-compresseur César, qui a donné son nom à cette récompense du cinéma, d'avoir vivement critiqué le travail de son père Paul Belmondo Jean-Paul trouvait les statuettes de César sans intérêt.

Jean-Paul Belmondo s'éloigne ensuite du cinéma pour plusieurs années : il retrouve Robert Hossein pour une mise en scène de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand. Le spectacle, joué à partir de février 1989 (un mois avant la sortie du film tiré de la pièce, interprété par Gérard Depardieu), remporte un grand succès — attirant plus de deux cent mille spectateurs — et réalise en 1991 une tournée internationale, allant jusqu'au Japon. À son retour de tournée, Belmondo vend à Canal+ sa maison de production Cerito Films et fait l'acquisition du Théâtre des Variétés, dont il assure la direction.

Il ne revient à l'écran qu'en 1992, pour les besoins de L'Inconnu dans la maison, réalisé par Georges Lautner, puis laisse passer trois ans avant de tourner Les Misérables de Claude Lelouch, libre adaptation du roman de Victor Hugo dont une partie de l'action est transposée au vingtième siècle. Les deux films ne remportent pas un grand succès public, surtout pour ce qui est du film de Lautner. L'acteur est désormais surtout actif sur les planches, où il est l'interprète de grosses productions théâtrales, comme Tailleur pour dames et La Puce à l'oreille, de Georges Feydeau, mis en scène par Bernard Murat. En 1996, le film Désiré, réalisé par Bernard Murat d'après la pièce de Sacha Guitry, est un échec public, victime notamment d'un circuit de distribution réduit.

En 1998, Patrice Leconte met en scène Jean-Paul Belmondo et Alain Delon dans Une chance sur deux, comédie policière jouant ouvertement sur la nostalgie des anciens films du duo de Borsalino (Belmondo y exécute à nouveau, à 65 ans, une cascade accroché à un hélicoptère). Ce film, où les deux vétérans donnent la réplique à Vanessa Paradis, obtiendra finalement un score inférieur à celui escompté, dépassant à peine le million d'entrées.

La même année, Jean-Paul Belmondo interprète sur scène Frédérick ou le boulevard du crime, d'Éric-Emmanuel Schmitt. Il donne également son accord à Cédric Klapisch pour interpréter, aux côtés de Romain Duris, l'un des rôles principaux de Peut-être. Si cette fable de science-fiction ne remporte qu'un succès d'estime, Belmondo apprécie l'expérience du tournage. Fin novembre 1999, Jean-Paul Belmondo est hospitalisé à Brest à l’hôpital de La Cavale blanche, après avoir subi un malaise pendant une représentation de la tournée de Frederick ou le Boulevard du Crime. Il doit ensuite observer un strict repos.À partir de 2000, Jean-Paul Belmondo ne monte plus sur les planches.

Au cinéma, il fait une apparition dans Les Acteurs, de Bertrand Blier. Amazone, tourné l'année précédente sous la direction de son vieux complice Philippe de Broca, sort à la sauvette en juillet 2000 et se révèle être un désastre commercial. En 2001, il tourne pour la télévision, plus de quarante ans après sa précédente expérience, dans le téléfilm L'Aîné des Ferchaux. Belmondo tient le rôle tenu par Charles Vanel dans l'adaptation cinématographique de Jean-Pierre Melville tandis que le rôle naguère tenu par Belmondo est interprété par Samy Naceri.

Derniers films et fin de carrière (2001-2021)

Le 8 août 2001, un mois avant la diffusion de L'Aîné des Ferchaux, et alors qu'il se trouve en vacances en Corse chez son ami Guy Bedos à Lumio, près de Calvi, Belmondo est victime d'un accident vasculaire cérébral. Il est héliporté d'urgence à l'hôpital Falconaja de Bastia. Bien que son état soit jugé sérieux (un caillot ayant entraîné notamment une paralysie faciale du côté droit), il est transféré dans la soirée vers l'hôpital Saint-Joseph de Paris. Son accident de santé, qui le tient ensuite éloigné des plateaux comme des planches, est suivi d'une longue rééducationGD 51. L'adaptation pour la télévision du roman Le Lion de Joseph Kessel qu'il envisageait de tourner est finalement interprétée par Alain Delon.

En avril 2007, il est promu commandeur dans l'ordre national de la Légion d'honneur.

Il retrouve en 2008, après sept ans d'absence, les plateaux de cinéma pour tourner, sous la direction de Francis Huster, Un homme et son chien. Ce remake de Umberto D. de Vittorio De Sica est un drame dans lequel il incarne un homme qui se retrouve du jour au lendemain à la rue. Le film n'est cependant pas un succès public.

En 2011, lors du festival de Cannes, il reçoit une Palme d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Il apparaît au festival accompagné de Barbara Gandolfi. Un documentaire lui est consacré à cette occasion, Belmondo, itinéraire..., avec une diffusion simultanée sur France 2 et sur la Croisette.

Le 19 juin 2012, à Bruxelles, c'est pour l'ensemble de sa carrière qu'il reçoit la médaille de chevalier de l'Ordre de Léopold en même temps qu'un Coq de Cristal.

Claude Lelouch annonce en juillet 2012 le retour de l'acteur dans son prochain film Les Bandits manchots, projet qui n'a pas abouti.

Le 14 octobre 2013, un hommage est rendu à l'acteur lors de l'ouverture du cinquième Festival Lumière de Lyon, avec la projection du film Un singe en hiver. L'acteur, accompagné de son fils Paul, est ovationné par environ quatre mille cinq cents spectateurs ainsi que par les invités comme Quentin Tarantino, Jean Rochefort, Pierre Richard, Jean-Pierre Marielle, Charles Gérard, Bertrand Tavernier.

Le 9 février 2015, Jean-Paul Belmondo annonce sur RTL sa retraite définitive du cinéma et du théâtre. En avril de la même année, à l'occasion de ses 82 ans, il revient sur cette déclaration et confie au Parisien qu'il aimerait bien rejouer. En octobre 2015, il apparaît à nouveau en public lors de la soirée d'ouverture du Festival Lumière.

Lors de la Mostra de Venise 2016, il se voit remettre des mains de la comédienne Sophie Marceau le Lion d'or pour la carrière. Le réalisateur polonais Jerzy Skolimowski est également récompensé. En février 2017, lors de la 42e cérémonie des César, un hommage est rendu par l'Académie des César à Jean-Paul Belmondo pour l'ensemble de sa carrière sous forme de montage vidéo rétrospectif.

Le 14 juillet 2019, il est élevé à la dignité de grand officier dans l'ordre national de la Légion d'honneur.

Le 19 septembre 2019, meurt l'acteur Charles Gérard dont il est très proche depuis leur rencontre en 1948 dans une salle de boxe, et leurs passions communes pour le sport. Il lui rend hommage en ces termes : « Notre amitié sans faille était prioritaire sur les plateaux de tournage. J’aimais le sentir à mes côtés dans Flic ou voyou et tant d’autres films. Oui, il était mon meilleur ami. Le plus important, celui de ma jeunesse. En un mot, il était mon pote ».

Mort et nombreux hommages
Le 6 septembre 2021, Jean-Paul Belmondo meurt à l'âge de 88 ans à son domicile : 39, quai d'Orsay dans le 7e arrondissement de Paris. Il ne vivait là que depuis quelques années, après avoir vécu dans un hôtel particulier au 9, rue des Saints-Pères dans le 6e arrondissement de Paris. Son avocat, Michel Godest, qui annonce la nouvelle en diffusant un communiqué à l'Agence France-Presse, indique : « Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement. »

« Bébel » a été pendant des décennies une tête d'affiche qui garantissait le succès en salles, après des débuts retentissants dans À bout de souffle en 1960, un film légendaire de la Nouvelle Vague. Avec sa mort, la France perd une figure de cinéma familière, incarnant le talent, l'audace et l'insouciance.

Dans les heures qui suivent cette annonce, plusieurs personnalités du monde du cinéma lui rendent hommage dont l'acteur Alain Delon, qui se dit « complètement anéanti » par la mort de celui qui fut son plus grand ami pendant plus de soixante ans. Le président de la République, Emmanuel Macron, rend hommage à l'acteur à travers ces mots : « Il restera à jamais le Magnifique. Jean-Paul Belmondo était un trésor national, tout en panache et en éclats de rire, le verbe haut et le corps leste, héros sublime et figure familière, infatigable casse-cou et magicien des mots. En lui, nous nous retrouvions tous. » Le monde politique rend un hommage unanime à Belmondo : Jean Castex, François Hollande, Nicolas Sarkozy38,39… Le soir même de sa mort, plusieurs chaînes de télévision bouleversent leur programme afin de diffuser des films dans lesquels Jean-Paul Belmondo a joué au cours de sa carrière. Le lendemain, la mort de Jean-Paul Belmondo fait la une de la presse européenne et internationale.

Les hommages de la presse française et étrangère

La presse française rend un hommage unanime à son acteur.

 

La presse étrangère rend hommage à l'acteur Jean-Paul Belmondo.

Un hommage national lui est rendu le jeudi 10 septembre dans la cour des Invalides46 en présence de personnalités politiques et du monde du spectacle, et du Président de la République, Emmanuel Macron, qui prononce son éloge funèbre. Son cercueil est ensuite exposé aux Invalides pour que le public puisse venir lui rendre hommage. Le lendemain, vendredi 10 septembre, les obsèques de Jean-Paul Belmondo se déroulent à 11 h, à l'église Saint-Germain-des-Prés en présence des proches et de la famille.

Vie privée et familiale
Le 17 janvier 1959, dans le 14e arrondissement de Paris, il épouse Renée Constant, dite Élodie Constantin, sa compagne depuis plusieurs années. Le couple a trois enfants :

Patricia, (1953-1993) ;
Florence (1960) qui a trois enfants : Annabelle (1988), Christopher (1993) et Nicolas (1997) ;
Paul (1963) qui a trois enfants : Alessandro (1991), Victor (1993) et Giacomo (1998).
Dans les années 1980, il est en couple avec l'actrice brésilienne Maria Carlos Sotto Mayor.

Le 29 décembre 2002, il épouse à la mairie du 6e arrondissement de Paris sa compagne Natty, une ancienne coco-girl de Stéphane Collaro qu'il a rencontrée en 1989 et qui partageait sa vie depuis treize ans. Michel Drucker est l'un des témoins de ce mariage. Parmi les invités, on peut citer Claude Lelouch, Francis Huster, Bernard-Henri Lévy, Robert Hossein, Jean Rochefort, Jean-Claude Brialy et Jean-Pierre Marielle. Le 13 août 2003, à 70 ans, Jean-Paul Belmondo est père pour la quatrième fois d'une petite fille, Stella.

Il se sépare en 2008 de sa femme Natty. Il vit ensuite avec Barbara Gandolfi, femme d'affaires belge et ex-mannequin, ayant notamment à son actif une participation à la version flamande de L'Île de la tentation ainsi que les couvertures de Playboy et de P Magazine. La vie privée de l'acteur et les activités de sa nouvelle compagne suscitent l'intérêt de certains médias et entraînent des tensions au sein de sa famille. Fin juin 2010, Barbara Gandolfi est accusée dans la presse de profiter de Jean-Paul Belmondo par abus de faiblesse et escroquerie. Le 1er octobre 2012, Jean-Paul Belmondo annonce qu’il se sépare de sa compagne Barbara Gandolfi.

En 2020, il est révélé qu'il serait de nouveau en couple avec Maria Carlos Sotto Mayor depuis plus d'un an.

Théâtre
1950 : La Belle au bois dormant de Charles Perrault
1950 : La Petite Hutte d'André Roussin, mise en scène Jean-Paul Belmondo et Guy Bedos
1951 : Mon ami le cambrioleur d'André Haguet, mise en scène Jean-Paul Belmondo et Guy Bedos, tournée d'été
1952 : Gloriana sera vengée de Jean Toury d'après Cyril Tourneur, mise en scène Jean Vernier, théâtre de la Huchette
1953 : Zamore de Georges Neveux, mise en scène André Barsacq, théâtre de l'Atelier
1953 : Médée de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, théâtre de l'Atelier
1953 : La Jalousie du barbouillé de Molière et Le Mariage forcé de Molière et Lully, mise en scène Georges Le Roy, théâtre du Conservatoire
1953 : La Reine blanche de Pierre Barillet et Jean-Pierre Gredy, mise en scène Jean Meyer, théâtre Michel
1953 : La locandiera de Carlo Goldoni
1954 : Les Boulingrin de Georges Courteline
1954 : Le Malade imaginaire de Molière
1954 : L'Avare de Molière
1954 : Le commissaire est bon enfant de Georges Courteline, mise en scène Michel Galabru
1954 : George Dandin ou le Mari confondu de Molière, mise en scène Michel Galabru
1954 : Crinolines et guillotine d'Henry Monnier, mise en scène Christine Tsingos, théâtre de la Gaîté-Montparnasse
1954 : Andalousie opérette d'Albert Willemetz et Raymond Vincy, musique Francis Lopez, théâtre de la Gaîté-Lyrique
1954 : Les Précieuses ridicules de Molière, mise en scène Michel Galabru
1954 : Le Médecin malgré lui de Molière, mise en scène Michel Galabru
1954 : Les Plaideurs de Racine, mise en scène Georges Le Roy, théâtre du Petit Marigny
1954 : Port-Royal d'Henry de Montherlant, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française, élève du Conservatoire
1955 : Fantasio d'Alfred de Musset, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française, élève du conservatoire
1955 : L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française, élève du conservatoire
1956 : L'Hôtel du libre échange de Georges Feydeau, mise en scène Jean-Pierre Grenier, avec la Compagnie Grenier-Hussenot, théâtre Marigny
1957 : César et Cléopâtre56 de George Bernard Shaw, mise en scène Jean Le Poulain, théâtre Sarah-Bernhardt
1957 : La Mégère apprivoisée de William Shakespeare, mise en scène Georges Vitaly, théâtre de l'Athénée
1958 : Oscar de Claude Magnier, mise en scène Jacques Mauclair, théâtre de l'Athénée
1959 : Trésor party de Bernard Régnier, d'après le roman Money in the bank (Valeurs en coffre) publié en 1946 par Wodehouse, mise en scène Christian-Gérard, théâtre La Bruyère
1987 : Kean de Jean-Paul Sartre d'après Alexandre Dumas, mise en scène Robert Hossein, théâtre Marigny
1989-1990 : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mise en scène Robert Hossein, théâtre Marigny
1993 : Tailleur pour dames de Georges Feydeau, mise en scène Bernard Murat, théâtre de Paris
1996-1997 : La Puce à l'oreille de Georges Feydeau, mise en scène Bernard Murat, théâtre des Variétés
1998-1999 : Frédérick ou le boulevard du crime d'Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Bernard Murat, théâtre Marigny puis tournée
Filmographie
Cinéma
Longs métrages
1957 : Les Copains du dimanche de Henri Aisner : Trebois
1957 : À pied, à cheval et en voiture de Maurice Delbez : Venin
1957 : Sois belle et tais-toi de Marc Allégret : Pierrot
1958 : Les Tricheurs de Marcel Carné : Lou
1958 : Un drôle de dimanche de Marc Allégret : Patrick le trompettiste, fiancé de Caroline
1959 : Mademoiselle Ange (Ein Engel auf Erden) de Géza von Radványi : Michel Barrot
1959 : À double tour de Claude Chabrol : Laszlo Kovacs
1960 : À bout de souffle de Jean-Luc Godard : Michel Poiccard alias Laszlo Kovacs
1960 : Classe tous risques de Claude Sautet : Eric Stark
1960 : Moderato cantabile de Peter Brook : Chauvin
1960 : La Française et l'Amour d'Henri Verneuil : Gilles (sketch L'Adultère)
1960 : Les Distractions de Jacques Dupont : Paul Frapier
1960 : La ciociara de Vittorio De Sica : Michel de Libero
1960 : La Novice (Lettere di una novizia) d'Alberto Lattuada : Giuliano Verdi
1961 : Le Mauvais Chemin (La viaccia) de Mauro Bolognini : Amerigo
1961 : Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville : Léon Morin
1961 : Une femme est une femme de Jean-Luc Godard : Alfred Lubitsch
1961 : Les Amours célèbres de Michel Boisrond : Lauzun (film à sketches inspiré des bandes dessinées de Paul Gordeaux)
1961 : Scandale sur la Riviera (Riviera-Story) de Wolfgang Becker : Le pilote de course
1961 : Un nommé La Rocca de Jean Becker : Roberto La Rocca
1962 : Le Doulos de Jean-Pierre Melville : Silien
1962 : Cartouche de Philippe de Broca : Louis Dominique Cartouche dit Cartouche
1962 : Un singe en hiver d'Henri Verneuil : Gabriel Fouquet
1962 : Le Jour le plus court (Il giorno più corto) de Sergio Corbucci : Erede Siciliano
1963 : La Mer à boire (Mare matto) de Renato Castellani : il Livornese
1963 : Peau de banane de Marcel Ophüls : Michel
1963 : Dragées au poivre de Jacques Baratier : Raymond
1963 : L'Aîné des Ferchaux de Jean-Pierre Melville : Michel Maudet
1964 : Les Don Juan de la Côte d'Azur (I Don Giovanni della Costa Azzurra) de Vittorio Sala : lui-même (non crédité)
1964 : L'Homme de Rio de Philippe de Broca : Adrien Dufourquet
1964 : Cent Mille Dollars au soleil d'Henri Verneuil : Rocco
1964 : Échappement libre de Jean Becker : David Ladislas
1964 : La Chasse à l'homme d'Édouard Molinaro : Fernand
1964 : Week-end à Zuydcoote d'Henri Verneuil : Julien Maillat
1965 : Par un beau matin d'été de Jacques Deray : Francis
1965 : Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard : Ferdinand Griffon, dit Pierrot
1965 : Les Tribulations d'un Chinois en Chine de Philippe de Broca : Arthur Lempereur
1966 : Tendre Voyou de Jean Becker : Tony Maréchal
1966 : Paris brûle-t-il ? de René Clément : Pierrelot / Yvon Morandat
1966 : Le Démoniaque de René Gainville : lui-même (non crédité)
1967 : Casino Royale de Val Guest et John Huston : le légionnaire français (brève apparition)
1967 : Le Voleur de Louis Malle : Georges Randal
1968 : Ho ! de Robert Enrico : François Holin, dit Ho
1969 : Le Cerveau de Gérard Oury : Arthur Lespinasse
1969 : La Sirène du Mississipi de François Truffaut : Louis Mahé
1969 : Un homme qui me plaît de Claude Lelouch : Henri
1970 : Borsalino de Jacques Deray : François Capella
1971 : Les Mariés de l'an II de Jean-Paul Rappeneau : Nicolas Philibert
1971 : Le Casse d'Henri Verneuil : Azad
1972 : Docteur Popaul de Claude Chabrol : docteur Paul Simay
1972 : La Scoumoune de José Giovanni : Roberto Borgo
1972 : L'Héritier de Philippe Labro : Bart Cordell
1973 : Le Magnifique de Philippe de Broca : François Merlin / Bob Saint-Clar
1974 : Stavisky... d'Alain Resnais : Serge Alexandre Stavisky
1975 : Peur sur la ville d'Henri Verneuil : commissaire Jean Letellier
1975 : L'Incorrigible de Philippe de Broca : Victor Vauthier
1976 : L'Alpagueur de Philippe Labro : Roger Pilard, dit L'Alpagueur
1976 : Le Corps de mon ennemi d'Henri Verneuil : François Leclercq
1977 : L'Animal de Claude Zidi : Mike Gaucher et Bruno Ferrari
1979 : Flic ou Voyou de Georges Lautner : Antonio Cerruti, alias le commissaire Stanislas Borrowitz
1980 : Le Guignolo de Georges Lautner : Alexandre Dupré
1981 : Le Professionnel de Georges Lautner : Josselin Beaumont dit Joss
1982 : L'As des as de Gérard Oury : Jo Cavalier
1983 : Le Marginal de Jacques Deray : Le commissaire Philippe Jordan
1984 : Les Morfalous d'Henri Verneuil : Le sergent Pierre Augagneur
1984 : Joyeuses Pâques de Georges Lautner : Stéphane Margelle
1985 : Hold-up d'Alexandre Arcady : Grimm
1987 : Le Solitaire de Jacques Deray : Le commissaire Stan Jalard
1988 : Itinéraire d'un enfant gâté de Claude Lelouch : Sam Lion
1992 : L'Inconnu dans la maison de Georges Lautner : Jacques Loursat
1995 : Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma d'Agnès Varda : Professeur Bébel
1995 : Les Misérables de Claude Lelouch : Henri Fortin / Jean Valjean
1996 : Désiré de Bernard Murat : Désiré
1998 : Une chance sur deux de Patrice Leconte : Léo Brassac
1999 : Peut-être de Cédric Klapisch : Ako
2000 : Les Acteurs de Bertrand Blier : lui-même
2000 : Amazone de Philippe de Broca : Édouard
2008 : Un homme et son chien de Francis Huster : Charles
2011 : D'un film à l'autre de Claude Lelouch : lui-même
Courts métrages
1956 : Molière de Norbert Tildian : La Merluche
1958 : Charlotte et son jules (court métrage sorti en 1961)57 de Jean-Luc Godard : Jean
1961 : Chasse aux vedettes de Camille Chatelot : apparition
1974 : T'es fou Marcel... de Jean Rochefort : lui-même
1980 : Balles de débutants d'Adolphe Drey : Lui-même
1986 : Les Pros de Florence Moncorgé-Gabin : Lui-même
Télévision
1959 : Les Trois Mousquetaires (téléfilm) de Claude Barma : D'Artagnan
2001 : L'Aîné des Ferchaux (téléfilm) de Bernard Stora : Paul Ferchaux
Documentaires
1962 : Un cœur gros comme ça de François Reichenbach : lui-même
1965 : Jean-Paul Belmondo (court métrage documentaire) de Claude Lelouch
1966 : La Bande à Bebel (court métrage documentaire) de Charles Gérard : lui-même
1967 : Portrait de Belmondo (court métrage documentaire) de Charles Gérard : témoignages
1969 : Dieu a choisi Paris de Gilbert Prouteau et Philippe Arthuys : lui-même, commentaires
1986 : Les Pros documentaire de Florence Moncorgé-Gabin : témoignages
1990 : Ne m'oubliez pas : Hommage à Bernard Blier de Mathias Ledoux : témoignages
1993 : Chambre 12, Hôtel de Suède (téléfilm documentaire) de Claude Ventura et Xavier Villetard : lui-même
1996 : Belmondo, le magnifique de Patrick Chammings : apparition
2001 : Gabin, gueule d'amour de Michel Viotte : témoignages
2011 : Belmondo, itinéraire… de Vincent Perrot et Jean-François Domenech : témoignages
2011 : Belmondo : il était une fois le beau monde, documentaire de Frédéric Chaudier, et Frédéric Zamochnikoff
2015 : Belmondo par Belmondo58, documentaire de Paul Belmondo diffusé sur TF1 le 3 janvier 2016 et le 6 septembre 2021.
2015 : Belmondo, le magnifique de Bruno Sevaistre, diffusé sur Arte
2017 : Belmondo ou le goût du risque de Jérôme Wybon


Distinctions

Jean-Paul Belmondo au Festival de Cannes 2011, lors de la remise de sa Palme d'honneur.
Récompenses
Prix Citron en 1972
Prix du Brigadier pour Kean de Jean-Paul Sartre, Théâtre Marigny en 1987
César du meilleur acteur pour Itinéraire d'un enfant gâté lors des Césars 1989 (prix refuséGD 52)
Prix Coq de la Communauté française de Belgique spécial. L'acteur oublie ensuite le trophée dans les coulisses du Palais des Beaux-Arts60 à Bruxelles en 2012
Nominations
BAFTA du meilleur acteur pour Léon Morin, prêtre lors des BAFTA 1963
BAFTA du meilleur acteur pour Pierrot le Fou lors des BAFTA 1967
Hommages
Palme d'honneur (hommage) lors du Festival de Cannes 201161
Lion d'or pour la carrière (hommage) lors du Festival de Venise 2016
Hommage de l'académie des César pour l'ensemble de sa carrière, lors de la cérémonie des César 2017
Gant d'or d'honneur, lors de la cérémonie des Gants d'or de boxe à Bruxelles le 19 octobre 2019
Décorations
Grand officier de la Légion d'honneur Grand officier de la Légion d'honneur (2019)62 ; commandeur (2007)63 ; officier (1991) ; chevalier (1980)
Grand officier de l'ordre national du Mérite Grand officier de l'ordre national du Mérite (2017)64 ; commandeur (1994)65 ; officier (1986)
Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres (2006)66
Ruban Chevalier de l'ordre de Léopold Chevalier de l'ordre de Léopold (Belgique, 2012)67
Références dans la culture populaire
Jean-Michel Charlier et Jean Giraud se sont inspirés du jeune acteur pour créer le personnage de Blueberry en 196368.
Jean-Paul Belmondo a également donné ses traits au héros d'une série de bande dessinée italienne en petit format intitulée Goldrake, éditée entre 1966 et 1980 et publiée en France par Elvifrance sous le titre Goldboy.
Dans le film d'animation japonais Les Mille et Une Nuits (1969), le visage du héros Aladin reprend les traits de Belmondo.
Buichi Terasawa, fan de l'acteur, s'est inspiré de lui pour créer son personnage de Cobra.
Ce n'est pas l'unique référence à l'acteur dans la culture nippone car la famille Belmont dont sont issus tous les héros de la série de jeux Castlevania s'appelait Belmondo avant la traduction occidentale.

Bibliographie
Alexandre Grenier, Jean-Paul Belmondo, Éditions Henri Veyrier, 1985.
Jean-Paul Belmondo, Belmondo - 40 ans de carrière, TF1 Éditions, 1996.
Philippe Durant, Belmondo, Robert Laffont, 1999.
Frédéric Valmont, Jean-Paul Belmondo : Itinéraire d'un enfant gâté, Éditions Didier Carpentier, 2008.
Bertrand Tessier, Belmondo, l'incorrigible, Flammarion, collection Pop culture, 2009 (ISBN 978-2-35287-178-1
Gilles Durieux, Belmondo, Le Cherche midi, 2009.
Bernard Boyé, Les légendes du cinéma français - Jean-Paul Belmondo, Éditions Autres Temps, 2009.
Philippe Durand, Belmondo, Robert Laffont, 2011, nouvelle édition, revue et augmentée, 524 pages.
Oriane Oringer, Belmondo, un demi-siècle de carrière, une Palme d'or et la rage de vaincre, Ed. Exclusif, Collection Privée, 2011, (ISBN 978-2-84891-102-1).
Jean-Paul Belmondo, Mille vies valent mieux qu'une, Fayard, 2016.
Jean-Paul Belmondo, Belmondo par Belmondo, Fayard, 2016.
Laurent Bourdon, Définitivement Belmondo, Larousse, 2017, 504 p.
Sophie Delassein, Jean-Paul Belmondo le magnifique, coffret livre-DVD, GM Éditions, 2018.
Jérôme Wybon (préf. Jean-Paul Belmondo), Belmondo le magnifique, Maison Cocorico, 2018, 192 p. (ISBN 2364806631).

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 14:27


 

PETA se souviendra de Jean-Paul Belmondo non seulement comme la légende du cinéma français qu’il était mais aussi comme un ami cher des animaux. L’acteur avait notamment mis sa notoriété au service des taureaux terrifiés qui sont tourmentés dans les arènes en se prononçant contre la corrida, appelant le Conseil constitutionnel à « bannir la torture, l'abolir sur l'ensemble du territoire » et dénonçant le « lobby de la tauromachie » et cette « barbarie [qui] n'a pas sa place dans la France du XXIe siècle ».
L’acteur soutenait également des refuges animaliers et avait adopté deux chiens auprès de la Fondation Brigitte Bardot, un acte de bonté dont PETA encourage toute personne qui souhaite accueillir un animal chez elle – et a le temps et les ressources nécessaires pour en prendre soin à vie – à s’inspirer en son honneur, particulièrement en cette période de crise de surpopulation dans les refuges.
Nos pensées vont aujourd’hui aux proches de Jean-Paul Belmondo, acteur légendaire et militant engagé et bienveillant envers les animaux.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 08:52
SOURCE : LE MONDE : ARTICLE DE PATRICK LABESSE (02/09/2021)

 

 

Mikis Theodorakis, le compositeur et symbole de la résistance à la dictature des colonels grecs, est mort.Opposant historique au régime militaire en Grèce à la fin des années 1960, le compositeur de la bande originale du film « Zorba le Grec » avait ensuite été député puis ministre de gauche. Il est mort le 2 septembre, à l’âge de 96 ans.

Par 

Mikis Theodorakis naît le 29 juillet 1925 sur l’île de Chios, proche de la Turquie. Il se disait passionné de musique depuis l’enfance. A 12 ans, il couche déjà sur le papier ses premières compositions et donne son premier concert à 17 ans. Lors de l’occupation de la Grèce pendant la seconde guerre mondiale par les troupes allemandes, italiennes et bulgares, il suit en cachette des cours au conservatoire d’Athènes, milite dans la résistance, est à deux reprises arrêté et subit la torture. Pendant la guerre civile qui déchire la Grèce après la Libération, pugnace militant communiste, il connaît à nouveau arrestations et torture.

Un an après la fin du chaos, en 1950, il est diplômé du conservatoire où est créée son œuvre Assi Gonia. Il part en Crète et fonde son premier orchestre. Plus tard, lauréat d’une bourse, il gagne la France où il va suivre les cours d’Eugène Bigot et d’Olivier Messiaen, au conservatoire de Paris. Au fil de ses compositions (musique symphonique, musique de chambre, cantates et oratorios, musiques de ballet…), il devient un compositeur classique apprécié.

Musique classique et musique populaire

« Au moment où il réussit à entrer dans le cercle des jeunes compositeurs internationalement reconnus, il découvre la musique populaire grecque », écrit son biographe Guy Wagner, auteur de Mikis Théodorakis : une vie pour la Grèce (Editions Phi, Luxembourg, 2000). « Ce que j’admire chez lui, c’est qu’il était parti pour faire une carrière dans la musique classique, mais quand il a commencé à jouer ses œuvres devant des bourgeois, il s’est dit Je ne veux pas faire de la musique pour ces gens-là, et il s’est mis à composer des chansons », commente pour Le Monde, la chanteuse grecque Angélique Ionatos, une des interprètes, avec la contralto Maria Farantouri, les plus fidèles et talentueuses de Theodorakis.

Sur les paroles de son frère Yannis, Mikis Theodorakis compose Lipotaktes (« Le Déserteur ») et, sur le cycle de poèmes de Yannis Ritsos, Epitaphios. Suivent d’autres créations magnifiant les textes et la poésie d’auteurs grecs des XIXet XXe siècles. Après l’assassinat, en 1963, du député de l’EDA (Gauche démocratique unifiée) Grigoris Lambrakis (raconté dans le film Z, en1969, réalisé par Costa-Gavras, dont Theodorakis composera la musique), il fonde la Jeunesse démocratique Lambrakis, qui deviendra alors la plus forte organisation politique du pays.

Le grand public, hors de Grèce, découvre le compositeur à travers sa musique écrite pour Zorba le Grec, qui sort en 1964. Elle restera l’une de ses œuvres les plus célèbres, avec le Canto General (Pablo Neruda), et Axion Esti, un oratorio composé en 1960 sur les poèmes d’Odysseas Elytis (Prix Nobel en 1979). « Il en a fait un oratorio populaire, et on entendait des maçons le chanter en travaillant », raconte Angélique Ionatos.

 

Exilé à Paris

Arrêté et déporté pendant la dictature des colonels (1967-1974), il est exilé à Paris en 1970, grâce à la pression internationale et les campagnes de solidarité impliquant diverses personnalités (Dmitri Chostakovitch, Leonard Bernstein, Arthur Miller, Harry Belafonte, Jean-Jacques Servan-Schreiber…). Depuis Paris, il mène combat contre les colonels, en créant le Conseil national de la résistance (EAS). Il rencontre le poète chilien Pablo Neruda, à qui il propose de mettre en musique son Canto General, un poème épique en quinze chants, publié à Mexico, en 1950. Il fait une tournée mondiale pour appeler à la restauration de la démocratie en Grèce.

De retour chez lui, après la chute de la dictature, il dirige pour la première fois à Athènes, en 1975, le Canto General, un oratorio dont il terminera la composition en 1980. Battu aux élections municipales d’Athènes, où il se présentait sous l’étiquette du KKE, le Parti communiste grec, il est élu député en 1981, un mandat qu’il conservera jusqu’en 1986, avant de se remettre à la composition, dont celle de son opéra Medea, créé en octobre 1991 à Bilbao, en Espagne.

 

Après les élections d’avril 1990, nommé ministre d’Etat sans portefeuille dans le gouvernement de Konstantinos Mitsotakis, il s’engage avec le musicien et chanteur turc Zülfü Livaneli, pour une réconciliation entre les Grecs et les Turcs. En 1992, il quitte le gouvernement, il compose le Canto Olympico pour les Jeux olympiques de Barcelone, prend la direction des chœurs et orchestres symphoniques de la radio-télévision nationale grecque. Il se retranche un temps de la vie publique.

En 2010, à 85 ans, il retrouve le goût de la résistance et lance un nouveau mouvement politique, Spitha (« L’Etincelle »). L’année suivante, ses propos sur « les juifs américains », responsables selon lui « de la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce », feront polémique. Theodorakis participe en 2012 aux manifestations contre les mesures d’austérité imposées par le FMI et l’Union européenne. « Il est le dernier lion qu’il nous reste. Il continue à lutter, à parler », commentera plus tard la chanteuse Angélique Ionatos à propos de celui qu’elle considérait comme son « père en musique ».

Lire notre archive : Sept ans de pouvoir militaire

Le 4 février 2018, au cours d’un immense rassemblement à Athènes, il appelait à un référendum sur la question du nom de la voisine Macédoine. Cloué sur un fauteuil roulant, dans un discours virulent, il martelait son opposition à la signature d’un compromis entre les autorités grecques et l’ancienne République yougoslave. Il a perdu son ultime combat. Le 25 janvier 2019, le Parlement d’Athènes votait ce compromis consacrant le nom officiel de République de Macédoine du Nord.

Mikis Theodorakis en quelques dates

29 juillet 1925 Naissance sur l’île de Chios (Grèce)

1947 Première déportation, à l’île d’Ikaria

1960 « Axion Esti », oratorio

1964 Bande originale de « Zorba le Grec »

1970 Exil à Paris

1975 Première, à Athènes, du « Canto General »

1991 Création de son opéra « Medea », à Bilbao (Espagne)

2010 Crée le mouvement des citoyens indépendants : Spitha (« L’Etincelle »)

2 septembre 2021 Mort à Athènes

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 10:47
 
 

 

                         La Rentrée

 

 

 

Je vais vous dire ce que me rappellent tous les ans, le ciel agité de l’automne, les premiers dîners à la lampe et les feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent ; je vais vous dire ce que je vois quand je traverse le Luxembourg dans les premiers jours d’octobre, alors qu’il est un peu triste et plus beau que jamais ; car c’est le temps où les feuilles tombent une à une sur lesblanches épaules des statues. Ce que je vois alors dans ce jardin, c’est un petit bonhomme qui, les mains dans les poches et sa gibecière au dos, s’en va au collège en sautillant comme un moineau.

Ma pensée seule le voit ; car ce petit bonhomme est une ombre ; c’est l’ombre du moi que j’étais il y a vingt-cinq ans ; Vraiment, il m’intéresse, ce petit : quand il existait, je ne me souciais guère de lui ; mais, maintenant qu’il n’est plus, je l’aime bien.

Il valait mieux, en somme, que les autres moi que j’ai eus après avoir perdu celui-là. Il était bien étourdi; mais il n’était pas méchant, et je dois lui rendre cette justice qu’il ne m’a pas laissé unseul mauvais souvenir ; c’est un innocent que j’ai perdu : il est bien naturel que je le regrette ; il est bien naturel que je le voie en pensée et que mon esprit s’amuse à ranimer son souvenir.

Il y a vingt-cinq ans, à pareille époque, il traversait, avant huit heures, ce beau jardin pour aller en classe. Il avait le coeur un peu serré : c’était la rentrée.

Pourtant, il trottait, ses livres sur son dos, et sa toupie dans sa poche. L’idée de revoir ses camarades lui remettait de la joie au coeur. Il avait tant de choses à dire et à entendre! Ne lui fallait-il pas savoir si Laboriette avait chassé pour de bon dans la forêt de l’Aigle ?

Ne lui fallait-il pas répondre qu’il avait, lui,monté à cheval dans les montagnes d’Auvergne ?

Quand on fait une pareille chose, ce n’est pas pour la tenir cachée. Et puis c’est si bon dretrouver des camarades! Combien il lui tardait de revoir Fontanet, son ami, qui se moquaitsi gentiment de lui, Fontanet qui, pas plus gros qu’un rat et plus ingénieux qu’Ulysse, prenait partout la première place avec une grâce naturelle !

Il se sentait tout léger, à la pensée de revoir Fontanet.C’est ainsi qu’il traversait le Luxembourg dans l’air frais du matin. Tout ce qu’il voyait alors, je le vois aujourd’hui.

C’est le même ciel et la même terre; les choses ont leur âme d’autrefois, leur âme qui m’égaye et m’attriste, et me trouble ; lui seul n’est plus. C’est pourquoi, à mesure que je vieillis, je m’intéresse de plus en plus à la rentrée des classes.

 

 

                                                        Anatole France  (1844-1924)

 

 

 

 

 

 

 

Plus près de nous, souvenons-nous de ce qu'était l'enfance dans les annéees 1950-1960, avec Renaud pour les paroles, et Julien Clerc pour la musique

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 16:50
SARATOGA WOODS D'ELIZABETH GEORGE (pour l'atelier de lecture d'Evy)
ATELIER DE LECTURE AOÛT ...QUEL EST LE DERNIER LIVRE QUE VOUS AVEZ LU ?
LE DERNIER LIVRE QUE J'AI LU EST SARATOGA WOODS D'ELIZABETH GEORGE 
 
Voici le "pitch" :
 
Depuis toute petite, Hannah Armstrong entend des murmures. Ils sont en fait des bribes de pensées des gens se tenant près d'elle. Un jour, elle surprend le monologue intérieur de son beau-père et comprend qu'il vient d'assassiner son associé. Dès lors, sa mère, Laurel, la pousse à fuir. Elle l'envoie sous la nouvelle identité de Rebecca Dolores King sur l'île de Whitbey, où une vieille amie doit la recueillir.

Mais, quand elle arrive, l'amie en question est morte et le téléphone portable de Becca, son seul lien avec sa mère, ne passe nulle part. Plus seule que jamais, Becca fait pourtant des rencontres décisives : Seth, garçon à la mauvaise réputation, Debbie, gérante d’un motel décrépi, et Derric, star de son nouveau lycée, qui la prend sous son aile. Alors que Becca pense être à l'abri, la jeune fille comprend que ses nouveaux « amis » lui cachent des choses et que cette île n'a rien de paisible."

L'avis de "Cacao-Les-Bons-Tuyaux" : Prenant, palpitant, angoissant, dérangeant, bref les ingrédients habituels d'Elizabeth George, une des reines du "Triller".

 

 

 

 

Au cas où vous souhaiteriez profiter d'autres "bons tuyaux" de Cacao :

 

http://cacao.over-blog.fr/2019/12/comment-gagner-une-heure-de-travail-sans-travailler.html

 

http://cacao.over-blog.fr/article-cacao-les-bons-tuyaux-121205419.html

 

http://cacao.over-blog.fr/article-voulez-vous-que-votre-enfant-devienne-president-de-la-republique-104718145.html

 

http://cacao.over-blog.fr/article-cacao-les-bons-tuyaux-119034667.html

 

 

 

SARATOGA WOODS D'ELIZABETH GEORGE

 

 
 

Elizabeth Geore (ne le26 février 1949) est une femme auteur de romans policiers. Elle est de nationalité américaine, mais la plupart de ses livres se déroulent en Grande-Bretagne.
Les Anglais surnomment Elizabeth George la "Reine Elizabeth". En effet, cette américaine est devenue célèbre en publiant des romans policiers dans la pure tradition britannique. Ses livres mettent le plus souvent en scène le duo formé par lord Thomas Lynley, inspecteur de police et huitième comte d'Asherton, membre éminent du département des Affaires criminelles de New Scotland Yard, et sa fidèle adjointe Barbara Havers, d'un milieu populaire contrastant avec Lynley.
Suzan Elizabeth George est née le 26 février 1949 à Warren (Ohio, États-Unis). Ses parents déménagent dans l'Ouest des Etats-Unis lorsqu'elle a 18 mois et se fixent en Californie près de San Francisco dans l'actuelle Silicon Valley. Elle suit sa scolarité à l'école St Joseph Grammar, puis au College Holy Cross. Elle fréquente les universités de Los Altos Hills et de Riverside (Californie) où elle obtient une maîtrise d'anglais et un DEA de psychopédagogie. Dès l'âge de sept ans, elle manifeste un goût prononcé pour l'écriture. En 1966, elle a alors 16 ans, elle fait un voyage scolaire au Royaume-Uni sur les traces de Shakespeare. Ce voyage éveille en elle une passion pour la Grande-Bretagne qui ne s'est jamais démentie depuis.
Elle commence sa carrière professionnelle comme professeur au collège de Santa Ana mais change rapidement d'établissement pour intégrer, en tant que professeur d'Anglais, le College de la ville d'El Toro (aujourd'hui appelée Lake Forest) en Californie. Elle y reste jusqu'à la fin de sa carrière d'enseignante. Au cours de ces années d'enseignement, elle s'est distinguée par son soutien envers des étudiants en difficulté scolaire et par son éclectisme: de Shakespeare à la littérature moderne, en passant par le roman policier. Edgar Allan Poe, Agatha Christie et P.D. James ont été disséqués avec ses étudiants, ce qui explique ses grandes connaissances dans le domaine des romans policiers. Elizabeth George quitte l'enseignement après treize ans et demi. Elle publie son premier roman Enquête dans le brouillard chez Bantam Books. Elle rejoint alors le "Community College" où elle enseigne les techniques de l'écriture pendant quelques années. Elle ressent alors la nécessité impérieuse d'avoir du temps libre pour écrire ses romans. Elle enseigne très épisodiquement dans différentes universités (Vancouver, Oxford, Californie.).
En 1988, Elizabeth George fait ses débuts en littérature policière avec A Great Deliverance qui obtient deux Prix prestigieux couronnant le meilleur premier roman aux États-Unis. Traduit en français sous le titre Enquête dans le brouillard publié en 1990, il obtient le grand prix de Littérature policière. Rarement un premier roman s'était vu récompensé par autant de prix, comme rarement il provoqua l'adhésion unanime du public comme de la critique.
Elizabeth George a reçu aussi le prix Anthony, le prix Agatha. L'Inspecteur Lynley revient ensuite dans une quinzaine de romans dont Le lieu du crimeUne douce vengeanceMal d'enfantLe visage de l'ennemiAnatomie d'un crimeLe Cortège de la mort, La ronde des mensonges, Juste une mauvaise action en 2014. Le nombre de tirages de ses livres s'élève à plus de sept millions aux États-Unis ! La densité psychologique, les descriptions d'ambiance urbaine et l'inégalable tension littéraire sont ses marques de fabrique.

Dans Mes secrets d'écrivain publié en 2006, Elizabeth George explique aux écrivains en herbe ce qu'ils doivent savoir sur la façon de construire un roman. Elle livre ses astuces d'écriture, ses recettes pour créer des personnages.

En 2009, elle a publié un recueil de nouvelles, Mortels péchés.

En 2013 paraît Saratoga Woods, premier livre de la trilogie The Edge of nowhere mettant en scène la jeune Becca King, suivi de L'Ile de Nera (2013) et des Flammes de Whidbey (2015).


(Source Wikipédia)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 22:56

 

 

 

Félicitations et grand merci à mes "amiesnautes" pour leurs excellents commentaires,pleins de créativité et de finesse, au bas du premier article sur Charlie Watts. 

 

http://cacao.over-blog.fr/2021/08/charlie-watts-une-star-qui.a-rejoint-les-etoiles.html

 

 

 

 

Petitgris : Son blog : https://lesvoyagesetmoi.over-blog.com           

 "Quand une étoile brille depuis longtemps il faut s'attendre à ce qu'elle s'éteigne un jour...mais ça fait mal !"

 

 

Béa Kimcat : Son blog : http://kimcat1b58.eklablog.com/                      

 

" Bien triste...
Une nouvelle étoile brille dans le ciel "

 

 

 

Mireille Du Sablon : Son blog : http://metz-ptits-bonheurs.over-blog.com/ 

 

"...Encore un artiste devenu étoile ! "   

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 01:19

La petite Cacao a toujours adoré "Brown Sugar". C'est  peut-être sa chanson préférée des Stones. . . "Oui, c'est hélas exact, elle se drogue malheureusement depuis fort longtemps" nous a déclaré son Aide A Domicile et amie Prunie L'aventutière. . .

Pour lire les "aventures" de" Prunie L'Aventurière", aide à domicile un peu (beaucoup) "nunuche" cliquez sur :

 

 

                                      http://cacao.over-blog.fr/tag/prunie%20l%27aventuriere/

 

 

 

                                             A  SUIVRE . . .

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 20:15

 

 

                                                                                                                        A     SUIVRE  . . . 

CHARLIE WATTS, UNE STAR QUI  . . . A REJOINT LES ETOILES . . . ( 1 )
Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 18:31

 

 

 


Le Québécois Raymond Lévesque, auteur et interprète de l'hymne

pacifiste "Quand les hommes vivront d'amour", est décédé à l'âge

de 92 ans, ce lundi, à Montréal, après avoir contracté la Covid-19,

comme le rapportent plusieurs médias canadiens.


 

Sa chanson "Quand les hommes vivront d'amour" a fait le tour

du monde. En français, elle est interprétée, entre autres, par

Eddy Constantine, Bourvil, Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Robert

Charlebois, Céline Dion, Renaud, David Mc Lean, etc . . .

 

Raymond Lévesque était auteur-compositeur-interprète, musicien,

romancier, dramaturge, poète, acteur . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En août 1974, pendant la guerre du Vietnam, finie en 1975, 

(chute de Saïgon) trois légendes de la chanson québécoise,

Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois, l'avaient

entonnée ensemble lors du festival "Superfrancofête" sur les

plaines d'Abraham, à Québec, devant plus de 100.000

spectateurs bouleversés.

 

 

 

 

 

 

"Toutes mes condoléances à la famille et aux proches du grand Québécois Raymond Lévesque, auteur d'une des plus belles chansons de tous les temps", a immédiatement réagi sur Twitter le Premier ministre québécois François Legault.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raymond Lévesque, fervent défenseur de la langue et de la culture

française, refusa, pour raisons politiques, le prix du Gouverneur

Général du Canada, représentant de la reine Elizabeth II, en 2005.

Devenu sourd au milieu des années 1980 (vraiment dur pour un

musicien ! ) il se consacra ensuite à l'écriture (poésie, théâtre. . .)

 

 

 

Allez ! Un autre p'tit coup de (et pour) Félix Leclerc, Gilles

Vigneault et Robert Charlebois. . . Tous trois membres éminents, 

(comme Renaud et David Mc Neil d'ailleurs) de l'association

"Santé-Sobriété" . . .

 

Hey ! A propos . . . qui sait que David Mc Lean est le petit-fils

du peintre Marc Chagall ? Plein de gens, voyons Cacao, ne fais

pas ta maligne . . .

Sauf ceux, bien sûr, qui confondent Chagall avec Sébastien

Chabal, autre artiste-virtuose s'il en est.  Et là, Cacao, en bonne

"fille du sud", le confirme ! (42 sélections en équipe de France,

jouait 3e ligne le plus souvent, parfois 2e ligne).

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Bon, on va mettre Céline Dion, faut une fille quand même !

 

   . . . Et faut bien reconnaître qu'elle a une voix superbe. 

 

 

 

 

 

On va vous épargner, par contre, la version de Cacao, qui

vient dernièrement de se "remettre" au piano . . . (Véridique) 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 15:53

 

 

 

Annie Cordy vient de partir à 92 ans (sans doute pour rejoindre son brave et vieux curé) après une très belle et très longue carrière (plus de 70 ans) dans l'opérette, le cinéma et la chanson de variétés. 

Son dynamisme et sa bonne humeur nous ont entraînés si longtemps !

Cacao (qui lui doit beaucoup grâce à sa chanson ! ) lui rend hommage . . .

 

 

 

 

                 Cacao, 6 fois tata, 5 fois grand-tata, est sans doute aussi

                                 pour les  siens  une "Tata Yoyo" . . .

                      

 

               De Ryad Ouslimani (Journaliste à RTL) le 05/09/2020

 

 

 

" Chanteuse fantaisiste, joyeuse devant l'éternel avec une bonne humeur communicative, Annie Cordy a eu une carrière riche qui a dépassé les frontières de la chanson. En effet, la Belge, décédée ce vendredi 4 septembre à l'âge de 92 ans, a aussi connu une vie en tant que comédienne au cinéma et à la télévision. De Si Versailles m’était conté en 1954 à Tamara Vol.2 en 2018, elle a démontré une palette d'actrice capable de jouer plusieurs registres.    

C'est donc sous la direction de Sacha Guitry qu'Annie Cordy débute dans "Si Versailles m'était conté".  Deux ans plus tard, en 1956, elle est à l'affiche du Chanteur de Mexico. Elle y joue au côté de Luis Mariano, qui deviendra son grand ami. Sur grand écran, on la découvre capable d'incarner des rôles plus sombres que l'image joyeuse qu'elle dégage à la ville. "

C'est le cas dans Le Chat, où elle donne la réplique à Jean Gabin dans le rôle d'une prostituée. Elle est ainsi dirigée par André Clément, Claude Chabrol (La Rupture), Alain Resnais ou encore Jean-Paul Rouve. Pour ce dernier, elle joue une retraitée qui fuit sa maison de retraite dans Les Souvenirs. Une prestation particulièrement émouvante. 

Mais Annie Cordy n'a pas brillé uniquement au cinéma par sa présence physique. Elle est reconnaissable aussi dans plusieurs rôles en doublage vocal. En effet, elle a été la voix de Nanaka dans Frère des ours, mais surtout celle de Grand-Mère Feuillage dans Pocahontas (1995). Disney a d'ailleurs rendu hommage à l'artiste le jour de son décès, via son compte twitter."

                                       Ryad  Ouslimani.

                                                                        

 

Pour en savoir plus sur Annie Cordy : Wikipédia :

Partager cet article
Repost0