Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 22:16

 

 

         Vous pouvez aussi retrouver Evy sur son autre blog :

 

 

 

 

DEFI DE LA PLUME D'EVY  ( N° 264   )  :  La Liberté
 
 
              
 
  Cette semaine (du 03/05/20 au 08/05/20)  le thème du Défi est
 
           
                           "  Liberté  "
 
 
 
 
 
 
Le Loup et le Chien (J.de La Fontaine)
 
Un Loup n'avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
L'attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l'eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le Loup donc l'aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu'il admire.
"Il ne tiendra qu'à vous beau sire,
D'être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d'assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l'épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ?
- Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. "
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
"Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ? rien ? - Peu de chose.
- Mais encor ? - Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
- Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
- Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.
 
 
 
 
 
Dans cet autre texte, dont je ne connais pas l'auteur, et sans
 
doute inspiré de La Fontaine, l'histoire du chien est différente.
 
Elle me plaît mieux.
 
 
 
 

 

 
 
             
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il était une fois une louve qui errait dans la forêt à la recherche de
 
nourriture pour ses petits.
 
Elle arriva à une ferme isolée et regarda à travers la clôture.
 
Elle vit un chien, allongé devant son chenil. Près de lui,  il y avait une
 
gamelle et un bol rempli d'eau.
 
 " Il en a de la chance, se dit la louve. Il n'a pas besoin d'aller à
 
la chasse."
 
- Viens-là, grogna-t-elle à travers la barrière, il faut que je te demande  
 
quelque chose.
 
Le chien leva les yeux et répondit : " Je ne peux pas, je suis enchaîné."
 
La louve s'étonna : " Quoi ? Tu n'es pas libre ? Et moi qui croyais que
 
tu avais vraiment de la chance ", dit-elle, sidérée.
 
" Ca va , répondit le chien. On me donne à manger tous les jours et de
 
l'eau claire à volonté.
 
 Que puis-je demander de plus ? "
 
- Et les bois ? Tu les connais ? Et la chasse aux lapins ? Et les prairies ?
 
- Non, je ne connais pas tout ça, répondit le chien.
 
- C'est horrible, grogna la louve. Puis elle déclara d'une voix claire :
 
La liberté est ce qu'il y a de plus beau sur terre.
 
Voilà qui avait attisé la curiosité du chien. Il proposa alors à la louve :
 
" Aha, alors  aide-moi à me débarrasser de cet affreux collier pour que
 
je puisse être libre.
 
- Mais comment ?, demanda la louve. Comment puis-je te libérer ?
 
- Il faut que tu sautes par-dessus la barrière pendant la nuit et que tu
 
coupes mon collier de tes dents acérées.
 
 Ensuite, je viendrai avec toi et je t'accompagnerai.
  
 La louve avait à présent pitié du chien. Elle décida donc de revenir
 
pendant la nuit pour le libérer . . .
 
 
 
                                                              
 
 
 
DEFI DE LA PLUME D'EVY  ( N° 264   )  :  La Liberté

 

 

 

 

 

 

 

 

Liberté
Paul Eluard
 
 


Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer 

Liberté.

 

                                                    Paul Eluard

 

 

 

Poésie et vérité 1942 (recueil clandestin)
Au rendez-vous allemand (1945, Les Editions de Minuit)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et aussi la liberté de la presse, inconnue dans tant de pays. . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 22:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                             Le train de la vie

 

 

 

 

 

 


 À la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents.
 Et on croit qu’ils voyageront toujours avec nous.
 Pourtant, à une station, nos parents descendront du train,
 Nous laissant seuls continuer le voyage…
 Au fur et à mesure que le temps passe,
 D’autres personnes montent dans le train.
 Et elles seront importantes : notre fratrie, nos amis, nos enfants,
 Même l’amour de notre vie.
 Beaucoup démissionneront (même éventuellement l’amour de notre vie),
 Et laisseront un vide plus ou moins grand.
 D’autres seront si discrets
 Qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges.
 Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes,
 De bonjours, d’au-revoirs et d’adieux.
 Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers
 Pourvu qu’on donne le meilleur de nous-mêmes.
 On ne sait pas à quelle station nous descendrons,
 Donc vivons heureux, aimons et partons
 Nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage.
 Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage

 fantastique.

 Aussi, merci d’être un des passagers de mon train.
 Et si je dois descendre à la prochaine station,
 Je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec vous.

 

 


                                                                                                                                                                     Jean d’Ormesson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                  ANITA EKBERG ET MARCELLO MASTROIANNI

 

                                                     " LA DOLCE VITA "   ( FEDERICO FELLINI )

                               

 

                                 

            

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 22:57
Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 09:40
CACAO AIME BIEN CES CHANSONS
CACAO AIME BIEN CES CHANSONS

LE GROUPE NUAGE "DEFAUTS" AVEC THIBAUD MISCHLER, MON NEVEU

CACAO AIME BIEN CES CHANSONS
CACAO AIME BIEN CES CHANSONS
Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 14:13
LE PRINTEMPS DE BOTICELLI
LE PRINTEMPS DE BOTICELLI
LE PRINTEMPS DE BOTICELLI

LE PRINTEMPS DE BOTICELLI

 

                LE   PRINTEMPS

 

Le soleil faisait craquer les derniers et tardifs bourgeons des chênes sous la pression chaude de ses rayons.                      Les verdures se nuançaient à l'infini.

C'était une symphonie de couleurs allant du cri violent des verts aux pâleurs mièvres des rameaux inférieurs, dont les feuilles tendres, aux épidermes délicats et ténus n'avaient pas encore reçu le baptême ardent de la pleine lumière, bu la lampée d'or des rayons chauds, car leur oblique courant n'avait pu combler jusqu'alors que les lisières privilégiées et les faîtes victorieux.

Mais ce jour-là, une vie multiple et grouillante, végétale et animale, sourdait de partout, des crépitements des insectes et du chant des oiseaux à l'éclatement des bourgeons et au gonflement  des rameaux, craquant dans l'air vibrant comme des muscles qui s'essaient. 

 

                                          Louis Pergaud

 

 

 

 

 

 

BELLE PLUME DE PRINTEMPS (LOUIS PERGAUD)
BELLE PLUME DE PRINTEMPS (LOUIS PERGAUD)
BELLE PLUME DE PRINTEMPS (LOUIS PERGAUD)
BELLE PLUME DE PRINTEMPS (LOUIS PERGAUD)
Meilleures pensées à tous. Prenez soin de vous.

Meilleures pensées à tous. Prenez soin de vous.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 10:53

 

 

 

 

 

 

               DEFIS A LIRE SUR LE BLOG

 

 

          " PLUME DE POETE ET SES DEFIS "

 

 

 

 

 

 

 

http://plume-de-poete.over-blog.com/2019/03/defi-n-206-theme-le-petit-peuple.html

 

 

 

 

 

 

 


                                                LE CADEAU DE L'ECUREUIL

 

 

 

 

                                     Chaque jour, l'écureuil consomme entre 55 et 80g de

 

nourriture. Il mange des bourgeons, des baies, des champignons, des fruits

 

et quelques animaux . . . (escargots, insectes, oisillons). Et, bien sûr, il se nourrit

 

de graines, en particulier de faines, de glands, de noix, de cônes d'épicéa ou de

 

sapin. En automne, il cache ces graines, faisant instinctivement des provisions.

 

Il les retrouve de mémoire pour s'alimenter l'hiver.  Enfin pas toujours . . .

 

Lorsque vous voyez pousser au printemps un petit arbre inattendu sur votre

 

pelouse, c'est que l'écureuil parfois oublie ce qu'il a enterré . . .

 

Mais puisqu'il a bonne mémoire, c'est peut-être voulu !

 

Un cadeau qu'il vous fait, pour vous remercier de le laisser vivre en paix autour

 

de votre maison.

 

Alors réfléchissez avant d'arracher les petites pousses d'arbres. Laissez-en au

 

moins une ! Votre écureuil familier vous observe peut-être et pourrait se vexer !

 

Oui, mais que faire direz-vous ? Un écureuil peut vivre dix à douze ans. Et s'ils

 

sont plusieurs, imaginez la forêt qui pousserait près de chez moi !

 

Non, décidemment, le mieux est de conserver votre cadeau quelques jours, le

 

temps de prouver votre considération à l'écureuil.

 

Puis de vous expliquer avec lui. Pour qu'il vous autorise à l'arracher.

 

Faites de même au printemps suivant, pour ne pas le froisser.

 

Car le cadeau se renouvellera, et ses remerciements seront à nouveau sincères.

 

Ainsi, lorsque vous le lui direz, il saura que . . . comme un bouquet de roses, son

 

cadeau, même éphémère, a la valeur de l'amitié, et vous a fait plaisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 16:57
 
 
 
     
 
 
 
ESCALADIEU 0 
 
 
 

 

 

         ( L'escaladieu = L'échelle vers Dieu )

 

 

 

 

 

L’abbaye de l’Escaladieu a été fondée en 1142, lorsque les moines cisterciens, vivant à Capadur dans la vallée de Gripp, sur les pentes du Tourmalet, ont quitté ce premier site montagneux trop difficile pour la vie quotidienne.

 

Fondée au confluent du Luz et de l’Arros à Bonnemazon à proximité du château de Mauvezin, l’abbaye de l’Escaladieu était très florissante du XII° au XIV°s.

 

Lieu de sépulture des comtes de Bigorre, elle était aussi une halte sur les chemins de Compostelle.

Au XII°s, elle fut à la tête du rayonnement méridional cistercien et engendra deux abbayes dans le Gers : Flaran et Bouillas (cette dernière a disparu), et huit en Espagne dont Fitero, Sacraménia et Véruéla.

 

     
   
   

 

 
 
ESCALADIEU 5 
 
 
 
 
  Un style roman épuré

 

 

L’abbaye de l’Escaladieu obéit aux volontés puristes du projet spirituel de l’ordre cistercien et reproduit le plan dit « bernardin ». Sa conception reflète la composition d’une communauté hiérarchisée. Entre les moines issus de la noblesse et les frères convers issus de la paysannerie, la séparation apparaît nettement. Ces frères qui travaillaient les champs durant la journée n’étaient pas rétribués.      

 
 
 
ESCALADIEU-1.png
 
 
 
Le cloître était réservé aux moines. Ses galeries ouvertes desservaient des salles disposées en carré : sacristie, salle capitulaire, scriptorium, chauffoir, réfectoire et cuisine. Il entourait un espace libre, le préau, lieu de recueillement et de méditation. Ce cloître fut démonté et vraisemblablement vendu en 1830.

Dans le scriptorium situé dans l’aile sud, les moines effectuaient leur travail ce copiste et ornaient leurs manuscrits d’enluminures. Ils se réchauffaient dans le chauffoir placé en face.

 
 
 
ESCALADIEU-2.jpg
 
 
 
 
 
 
 
ESCALADIEU-3.jpg
 
 
 
 
 
 
 ESCALADIEU-4.jpg
 
 
 
 
 
  L’aile Est des bâtiments est encore intacte. Elle abrite la salle capitulaire ou salle du chapitre. Elle date de la fin du XIIème siècle. C’est là que se regroupaient les moines pour lire les chapitres de la règle de Saint-Benoît. Avec ses voûtes en croisées d’ogives, elle représente une ordonnance unique en France. La nef de l’abbatiale comportait six travées, la première fut démolie pendant les guerres de religion.

L’abbaye a été vendue comme bien national en 1793. Jusqu’en 1986, elle appartenait à la même famille. A cette date, elle est rachetée par une association.

 

En 1997, elle devient propriété du Conseil général des Hautes-Pyrénées qui depuis a engagé un vaste programme de restauration (clocher, abbatiale).

 

 
 
 
 
 ESCALADIEU-6.jpg
 
 
 
 
    

La route européenne des abbayes cisterciennes

 

 

Poursuivant sa logique de mise en valeur du Patrimoine tout en l’insérant en plein XXIème siècle, le Conseil Général des Hautes-Pyrénées s’est engagé dans un important projet d’abbaye numérique », dans le cadre d’un itinéraire culturel du Conseil de l’Europe : «  la Route européenne des abbayes cisterciennes ».

 

 

Les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe démontrent combien les différents pays et cultures européens représentent un patrimoine culturel partagé.

 

De plus, les itinéraires culturels sont également une illustration concrète des principes fondamentaux du Conseil de l’Europe : droits de l’Homme, démocratie culturelle, diversité et dialogue interculturel, échanges et enrichissement mutuels à travers les frontières et les siècles.

 

La Route européenne des abbayes cisterciennes, coordonnée par l’Escaladieu, a été labellisée par le Conseil de l’Europe lors du Comité Directeur de la Culture du 7 juin 2010.

Avec l’appui de la Charte européenne des abbayes et sites cisterciens, association Loi 1901 à vocation culturelle et touristiques, cet itinéraire culturel du Conseil de l’Europe fédère près de 200 sites cisterciens – dont trois sont classés au Patrimoine de l’UNESCO - répartis dans 11 pays européens, du Portugal à la Pologne, de l’Italie à la Suède.

   

 
 ESCALADIEU-7.jpg
 
 
Pour un tourisme culturel

 

 

La Route européenne des abbayes cisterciennes, itinéraire culturel du Conseil de l’Europe favorise un tourisme culturel illustrant un patrimoine commun, et promeut la diversité des liens transfrontière est-ouest et nord-sud à travers l’Europe, dans un esprit résolument tourné vers l’avenir.

 

S’appuyant sur l’histoire et les savoir-faire cisterciens, l’itinéraire culturel illustre un modèle européen d’aménagement durable du territoire en milieu rural : organisation des abbayes et de leurs dépendances dans l’espace, maîtrise des ressources forestières et hydrauliques, aménagement du paysage et des jardins médiévaux, productions agricoles de terroirs.

Des rencontres culturelles et éducatives

La Route européenne des abbayes cisterciennes, par les valeurs qu’elle véhicule en termes de dialogue interculturel, s’inscrit également dans une démarche de rencontres culturelles et éducatives en direction des jeunes, à travers la réalisation d’un projet pilote transnational « Collège pour la citoyenneté européenne ».

 

 

Vers une route numérique

 

 

Enfin, ce nouvel itinéraire culturel favorisera l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) au service du patrimoine, afin de créer, à partir du projet d’Abbaye numérique de l’Escaladieu, une « route numérique » des abbayes cisterciennes à travers l’Europe : visites virtuelles, 3D, réalité augmentée, espace multimédia, numérisation d’archives, système d’information géographique…

 
 
 
Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 10:31

 

 

 . . .  UN PEU DE DOUCEUR DANS CE MONDE DE BRUTES. . .

 

              CACAO VOUS OFFRE  CET EXTRAIT D'UN POEME DE

 

                                                                             MICHEL COSEM . . .

 

 

 

 

 

 ( Dédié à un inconnu. . . qui l'a peut-être fait pleurer. . .

                                                       Mais non ! Cacao ne  pleure jamais. . . . )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               E L L E    P L E U R A I T...

 

 

 

    Elle pleurait des larmes de houx, parce qu'elle était une femme.

 

    C'était elle l'algue précieuse et la forêt avec le gel.

 

    On chantait malgré tout des chants de Noël

 

    Et des torches flambaient à l'entrée du port.

 

    Elle attendait quelque part toujours avec ses doigts sur les lèvres

 

    Avec ses yeux verts comme neige.

 

    Elle attendait des nébuleuses

 

    Et le moindre retard ombrageait son bonheur. . .

 

 

 

 

                                                        Michel Cosem (Territoire du Multiple) E.F.R.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    . . . ET DANS UN AUTRE GENRE . . .

 

 

 

 

 

 

         Capitaine Crochet  :                As-tu un autre nom ?

 

          Peter Pan                                   Oui, oui.

 

          Crochet (avidement)                 Végétal ?

 

          Peter                                         Non.

  

          Crochet                                     Minéral ?                                                                                          

 

          Peter                                         Non.

 

          Crochet                                     Animal ?

 

          Peter                                         Oui.

         (après avoir consulté un ami)   

 

          Crochet                                     Homme  ?

 

          Peter (avec mépris)                    Non !

 

          Crochet                                     Garçon ?

 

          Peter                                           Oui.

 

          Crochet                                       Garçon ordinaire ?

 

          Peter                                            Non !

 

          Crochet                                        Garçon merveilleux ?

 

          Peter                                            Oui

          (au grand désarroi

               de Wendy)                          

 

 

 

                                                

                                                                      James Barrie, ( Peter Pan )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 10:01

BON JEUDI 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le français? une langue animale...«Myope comme une taupe», «rusé comme un renard» «serrés comme des sardines»... les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.

 

La preuve: que vous soyez fier comme un coq, fort comme un boeuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.

 

 



 

     

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là , ... pas un chat! Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin.
Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié: cette poule a du chien, une vraie panthère! C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.

 

Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu'une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine. Une vraie peau de vache, quoi! Et vous, vous êtes fait comme un rat.
Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l'envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon). Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.
C'est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs  d'ours mal léché, faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie.
Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence. 
Après tout, revenons à nos moutons: vous avez maintenant une faim de loup, l'envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d'autres chats à  fouetter.

 



 

                         Billet d'humour de Jean D' Ormesson

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 21:24

bonne-soiree-chat-noir  SENTIMENTS.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0