Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 13:43

 

 

 

 

 

 

 

  « On aime sa mère presque sans le savoir, sans le sentir, car cela est

naturel comme de vivre ; et on ne s'aperçoit de toute la profondeur des

racines de cet amour qu'au moment de la séparation dernière.

Aucune autre affection n'est comparable à celle-là, car toutes les autres

sont de rencontre, et celle-là est de naissance ; toutes les autres nous

sont apportées plus tard par les hasards de l'existence, et celle-là vit

depuis notre premier jour dans notre sang même. Et puis, et puis, ce

n'est pas seulement une mère qu'on a perdue, c'est toute notre enfance

elle-même qui disparaît à moitié, car notre petite vie de fillette était à

elle autant qu'à nous. Seule elle la connaissait comme nous, elle savait un

tas de choses lointaines, insignifiantes et chères qui sont, qui étaient les

douces premières émotions de notre cœur. A elle seule je pouvais dire

encore : « Te rappelles-tu, mère, le jour où ?... te rappelles-tu, mère,

la poupée de porcelaine que grand'maman m'avait donnée ? » Nous

marmottions toutes les deux un long et doux chapelet de menus et mièvres

souvenirs que personne sur la terre ne sait plus, que moi. C'est donc une

partie de moi qui est morte, la plus vieille, la meilleure. J'ai perdu le

pauvre cœur où la petite fille que j'étais vivait encore tout entière.

Maintenant personne ne la connaît plus, personne ne se rappelle la petite

Anne, ses jupes courtes, ses rires et ses mines ».

 

       

                                                  Guy de Maupassant.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 10:09

 

           POUR "MARDI POESIE" CHEZ LADY MARIANNE

               

                        LIEN VERS SON BLOG : 

 

 

 

                                                              http://www.ma-chienne-de-vie.com/

                                                   

 

 

 

        Thème libre, ou "L'Enfance". Je choisis ce poème de

 

 

                             GUY   TIROLIEN

 

(J'ai souvent éprouvé dans mon enfance ce genre de sensations...)

 

 

                     Pour en savoir plus sur ce poète :

 

 

 

 

                                                               https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Tirolien

 

 


Prière d’un petit enfant nègre

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

    

Seigneur, je suis très fatigué            
Je suis né fatigué.
Et j’ai beaucoup marché depuis le chant du coq
Et le morne est bien haut qui mène à leur école.
Seigneur, je ne veux plus aller à leur école,
Faites, je vous en prie, que je n’y aille plus !
Je veux suivre mon père dans les ravines fraîches
Quand la nuit flotte encore dans le mystère des bois
Où glissent les esprits que l’aube vient chasser.
Je veux aller pieds nus par les rouges sentiers
Que cuisent les flammes de midi,
Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers,
Je veux me réveiller
Lorsque là-bas mugit la sirène des blancs
Et que l’Usine
Sur l’océan des cannes
Comme un bateau ancrée
Vomit dans la campagne son équipage nègre...
Seigneur, je ne veux plus aller à leur école,
Faites, je vous en prie, que je n’y aille plus.
Ils racontent qu’il faut qu’un petit nègre y aille
Pour qu’il devienne pareil
Aux messieurs de la ville
Aux messieurs comme il faut.
Mais moi je ne veux pas
Devenir comme ils disent,
Un monsieur de la ville,
Un monsieur comme il faut.
Je préfère flâner le long des sucreries
Où sont les sacs repus
Que gonfle un sucre brun autant que ma peau brune.
Je préfère, vers l’heure où la lune amoureuse
Parle bas à l’oreille des cocotiers penchés,
Écouter ce que dit dans la nuit.
La voix cassée d’un vieux qui raconte en fumant
Les histoires de Zamba et de compère Lapin,
Et bien d’autres choses encore
Qui ne sont pas dans les livres.
Les nègres, vous le savez, n’ont que trop travaillé.
Pourquoi faut-il, de plus, apprendre dans des livres
Qui nous parlent de choses qui ne sont pas d’ici ?
Et puis elle est vraiment trop triste, leur école,
Triste comme
Ces messieurs de la ville,
Ces messieurs comme il faut
Qui ne savent plus danser le soir au clair de lune,
Qui ne savent plus marcher sur la chair de leurs pieds,
Qui ne savent plus conter les contes aux veillées.
Seigneur, je ne veux plus aller à leur école !

 

                                             

                                                Guy Tirolien

 

 

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2018 6 21 /04 /avril /2018 09:42

 

 

 

           Pour "LE TABLEAU DU SAMEDI CHEZ LADY MARIANNE"

 

                                 Lien vers son blog :

 

 

 

                       http://www.ma-chienne-de-vie.com/

 

 

                      

 

 

 

 

 

 

             Par ce beau temps plus que printanier, j'ai choisi de vous

   présenter un tableau de mon amie Michelle Marzolini-Schwartz,qui

   vit comme moi à Tarbes, et peint sous le nom de M. Marnisch.

 

 

 

 

 

                    " UN COIN D'OMBRE AU PRINTEMPS "

                                   M. Marnisch

 

 

 

 

      Huile sur toile de lin (65 cm sur 54 cm). La photo a été prise

           alors que le tableau n'était pas totalement terminé.

 

 

 

 

Michelle Marzolini-Schwartz (M.Marnisch) dessine et peint depuis

l'enfance. Elle pratique la gouache, le fusain, le modelage de l'argile.

Depuis quelques années, elle fréquente les Beaux-Arts de Tarbes ; elle

s'adonne au plaisir de la peinture à l'huile.

 

 

 

                      Voici le lien pour son site en ligne.

 

 


                      http://www.galerie-creation.com/artiste-michelle-marzolinischwartz-m-380.html
 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 10:04

 

 

Pour Mardi Poésie chez Lady Marianne un de mes poèmes préférés 

                         d'Arthur Rimbaud

 

 

 

 

   Lien pour son blog : http://www.ma-chienne-de-vie.com/  

 

 

 

 

                          R  O  M  A  N

 

 

 

 

  Ce poème a été mis en musique en 1986 par Léo Ferré dans

  son album : "On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans "

 

 

 

(L'ai envoyé à chacun de mes quatre neveux pour ses dix-sept ans)

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Arthur Rimbaud : "Roman"

 

 

 

Lecte00:000:00Utilisez les flèches haut/bas 

     I

  On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
  – Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
  Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
  – On va sous les tilleuls verts de la promenade.

  Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
  L’air est parfois si doux, qu’on ferme la paupière ;
  Le vent chargé de bruits – la ville n’est pas loin –
  A des parfums de vigne et des parfums de bière….

  II

  – Voilà qu’on aperçoit un tout petit chiffon
  D’azur sombre, encadré d’une petite branche,
  Piqué d’une mauvaise étoile, qui se fond  
  Avec de doux frissons, petite et toute blanche…

  Nuit de juin ! Dix-sept ans ! – On se laisse griser.
  La sève est du champagne et vous monte à la tête… 
  On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
  Qui palpite là, comme une petite bête….

  III

  Le coeur fou robinsonne à travers les romans,
  Lorsque, dans la clarté d’un pâle réverbère,
  Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
  Sous l’ombre du faux col effrayant de son père…

  Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
  Tout en faisant trotter ses petites bottines,
  Elle se tourne, alerte et d’un mouvement vif….
  – Sur vos lèvres alors meurent les cavatines…

  IV

  Vous êtes amoureux. Loué jusqu’au mois d’août.
  Vous êtes amoureux. – Vos sonnets La font rire.
  Tous vos amis s’en vont, vous êtes mauvais goût.
  – Puis l’adorée, un soir, a daigné vous écrire…!

  – Ce soir-là,… – vous rentrez aux cafés éclatants,
  Vous demandez des bocks ou de la limonade..
  – On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
  Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade.

                     

                                  29 sept. 70    

                                                 Arthur Rimbaud

Cahiers de Douai (1870) d’Arthur Rimbaud.

 

 

 

 

                  Arthur Rimbaud est un poète français, né le  à Charleville et mort le  à Marseille. Bien que brève, la densité de son œuvre poétique fait d'Arthur Rimbaud une des figures premières de la littérature française.

Arthur Rimbaud écrit ses premiers poèmes à 15 ans. Selon lui, le poète doit être « voyant » et « il faut être absolument moderne ». Il entretient une aventure amoureuse tumultueuse avec le poète Paul Verlaine. À l'âge de vingt ans, il renonce subitement à l’écriture, sans avoir encore été véritablement publié, pour se consacrer davantage à la lecture, ainsi qu'à la poursuite de sa pratique des langues.

Ses idées marginales, anti-bourgeoises et libertaires le poussent à choisir une vie aventureuse, dont les pérégrinations l’amènent jusqu’en Abyssinie, où il devient négociant (quincaillerie, bazar, vêtements, café etc.), quand ce n'est pas explorateur. Sa tentative d'armer Menelik avec l'aval du Consul de France s'avéra désastreuse pour lui... Son unique « trafic d'armes » n'eut véritablement qu'une incidence politique symbolique, mais contribua à sa légende. De cette seconde vie, exotique, les seuls écrits connus consistent en près de 180 lettres (correspondance familiale et professionnelle) et quelques descriptions géographiques.

Des vers comme ceux du Bateau ivre, du Dormeur du val ou de Voyelles comptent parmi les plus célèbres de la poésie française. La précocité de son génie et sa vie aventureuse contribuent à forger la légende du poète.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 08:41

 

 

En ce jour de Pâques, permettez-moi de vous offrir quelques friandises

 

                    100 %     "CACAO"     Bien     Sûr     !

 

                      (Surtout la cloche, ça va de soi . . .) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 09:31
 
 
 
 
3491794680_62c0e1287f.jpg
 
 
 
5674548533_c6fb7585f4.jpg 
 
 
 
La tradition de fêter le 1er Mai remonte à l'Antiquité. C'était la date
à laquelle les navigateurs reprenaient la mer.
 
 
 
Le 1er Mai 1886
 
Le 1er Mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200.000 travailleurs américains
d'obtenir la journée de huit heures.
 
Le souvenir de cette journée amène les Européens, quelques années plus tard, à instituer une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs». Cette journée est aujourd'hui plus volontiers appelée «Fête du Travail», bien que l'expression prête à confusion...  
 
Une revendication nationale
 
Au cours du IVe congrès de l'American Federation of Labor, en 1884, les principaux syndicats ouvriers des États-Unis s'étaient donné deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai parce que beaucoup d'entreprises américaines entamaient ce jour-là leur année comptable.
 
Arrive le 1er mai 1886. Beaucoup de travailleurs obtiennent immédiatement satisfaction de leur employeur. Mais d'autres, moins chanceux, au nombre d'environ 340.000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder.
 
Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester, à Chicago. Une marche de protestation a lieu le lendemain et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C'est alors qu'une bombe explose devant les forces de l'ordre. Elle fait une quinzaine de morts dans les rangs de la police.
 
Trois syndicalistes anarchistes sont jugés et condamnés à la prison à perpétuité. Cinq autres sont pendus le 11 novembre 1886 malgré des preuves incertaines (ils seront réhabilités plusieurs années après).
 
Stèle vengeresse
 
Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l'un des condamnés, Augustin Spies : «Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui» (*).
 
Manifester pour la journée de 8 heures
 
Trois ans après le drame de Chicago, la IIe Internationale socialiste réunit à Paris son deuxième congrès. Celui-ci se tient au 42, rue Rochechouart, salle des Fantaisies parisiennes, pendant l'Exposition universelle qui commémore le centenaire de la Révolution française.
 
Les congressistes se donnent pour objectif la journée de huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé). Jusque-là, il est habituel de travailler dix ou douze heures par jour (en 1848, en France, un décret réduisant à 10 heures la journée de travail n'a pas résisté plus de quelques mois à la pression patronale).
 
Le 20 juin 1889, sur une proposition de Raymond Lavigne, ils décident qu'il sera «organisé une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d'appliquer les autres résolutions du congrès. Attendu qu'une semblable manifestation a été déjà décidée pour le 1er mai 1890 par l'AFL, dans son congrès de décembre 1888 tenu à Saint Louis, cette date est adoptée pour la manifestation.»
 
Le 1er mai 1891, à Fourmies, une petite ville du nord de la France, la manifestation rituelle tourne au drame. La troupe équipée des nouveaux fusils Lebel et Chassepot tire à bout portant sur la foule pacifique des ouvriers. Elle fait dix morts dont 8 de moins de 21 ans. L'une des victimes, l'ouvrière Marie Blondeau, habillée de blanc et les bras couverts de fleurs, devient le symbole de cette journée.
 
Avec le drame de Fourmies, le 1er mai s'enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens.
 
Quelques mois plus tard, à Bruxelles, l'Internationale socialiste renouvelle le caractère revendicatif et international du 1er mai.
 
L'horizon paraît s'éclaircir après la première guerre mondiale. Le traité de paix signé à Versailles le 28 juin 1919 fixe dans son article 247«l'adoption de la journée de huit heures ou de la semaine de quarante-huit heures comme but à atteindre partout où elle n'a pas encore été obtenue» !
 
Les manifestations rituelles du 1er mai ne se cantonnent plus dès lors à la revendication de la journée de 8 heures. Elles deviennent l'occasion de revendications plus diverses. La Russie soviétique, sous l'autorité de Lénine, décide en 1920 de faire du 1er mai une journée chômée. Cette initiative est peu à peu imitée par d'autres pays... L'Allemagne nazie va encore plus loin ! Hitler, pour se rallier le monde ouvrier, fait, dès 1933, du 1er mai une journée chômée et payée. La France l'imitera sous l'Occupation, en... 1941.
 
Le 1er mai en France
 
En France, dès 1890, les manifestants du 1er mai ont pris l'habitude de défiler en portant à la boutonnière un triangle rouge. Celui-ci symbolise la division de la journée en trois parties égales : travail, sommeil, loisirs.
 
Le triangle est quelques années plus tard remplacé par la fleur d'églantine. En 1907, à Paris, le muguet, symbole du printemps en Île-de-France, remplace cette dernière. Le brin de muguet est porté à la boutonnière avec un ruban rouge.
 
Le 23 avril 1919, le Sénat français ratifie la journée de huit heures et fait du 1er mai suivant, à titre exceptionnel, une journée chômée.
 
Les manifestations du 1er mai 1936 prennent une résonance particulière car elles surviennent deux jours avant le deuxième tour des élections législatives qui vont consacrer la victoire du Front populaire et porter à la tête du gouvernement français le leader socialiste Léon Blum.
 
C'est pendant l'occupation allemande, le 24 avril 1941, que le 1er mai est officiellement désigné comme la Fête du Travail et de la Concorde sociale et devient chômé. Cette mesure est destinée à rallier les ouvriers au régime de Vichy. Son initiative revient à René Belin. Il s'agit d'un ancien dirigeant de l'aile socialiste de la CGT (Confédération Générale du Travail) qui est devenu secrétaire d'État au Travail dans le gouvernement du maréchal Pétain.
 
À cette occasion, la radio officielle ne manque pas de préciser que le 1er mai coïncide avec la fête du saint patron du Maréchal, Saint Philippe (aujourd'hui, ce dernier est fêté le 3 mai) !
 
En avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération qui fait du 1er mai un jour férié et payé... mais pas pour autant une fête légale. Autrement dit, le 1er mai n'est toujours pas désigné officiellement comme Fête du Travail. Cette appellation n'est que coutumière.....
 
  2834846365_394ffa33fd.jpg
 
     
Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 17:58
              SUR LE BLOG DE COVIX    
             http://www.covix-lyon.net/
SOUTIEN POUR CLAUDIE " CANELLA KISS"

Publié par covix sur 23 Mars 2017, 13:14pm

Catégories : #Partage, #Soutien

 

Beaucoup d'entre-vous connaissent Claudie du blog Canella Kiss, qui est une blogueuse de longue    date !
Claudie se bat depuis un moment déjà contre la maladie, elle subit des traitements très lourds, et va également devoir supporter deux interventions chirurgicales (une en avril et l'autre en mai)  tout çà sans  jamais se plaindre.
Le 14 Avril  ce sera son anniversaire, et Marie-France, une de ses amies  a demandé l'aide de
 Jeanne de Coeur de Breizh parce qu' elle aimerait que Claudie reçoive des cartes pour lui donner du courage. Il va lui en falloir beaucoup pour  traverser tout çà ...
Si vous voulez participer contactez
 Jeanne qui transmettra les cartes,

et si vous avez un blog,

vous pouvez relayer ce message et la carte ci-dessous.

MERCI POUR ELLE !

 

 

 

 

SOUTIEN POUR CLAUDIE ( JE RELAIE L'ARTICLE DE COVIX )
Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 14:35
EVIDENCES
EVIDENCES
Partager cet article
Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:53
Partager cet article
Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:19

 

Dépêches > culture du vendredi 30 Janvier à 07H40 Angoulême : l'hommage à Charlie, l'insulte au maire... . .

 

 

Jean-Christophe Menu Angoulême 2015 © Renaud Joubert pour Maxppp - 2015

 

 

Un discours vibrant, subversif, critique... Jeudi soir, à Angoulême, les larmes se sont mêlées aux rires et à la rage des survivants.

 

Jean-Christophe Menu, le dessinateur designé pour recevoir un grand prix spécial n'a pas mâché ses mots. Au nom de Charlie Hebdo, Jean-Christophe Menu n'a pas hésité à lancer un mot d'insulte au maire d'Angoulême -- présent devant lui -- pour avoir entouré de grillages les bancs publics de la ville afin d'en écarter les SDF : 

"Je suis Charlie, ce n'est pas faire sonner les cloches de Notre-Dame ni transformer en héros nationaux ceux qui chiaient sur le pouvoir sur toutes ses formes."

 

 

www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=1042907

 

 

 

 

 

CE QUE  VEUT DIRE  " JE SUIS CHARLIE " (1)
Partager cet article
Repost0