Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Texte Libre

Lundi 19 juillet 2010 1 19 /07 /Juil /2010 18:34

 

      Nouvel album du neveu de Cacao :                    http://wintersnow.bandcamp.com

 

 

 

               IL ETAIT UNE FOIS,  ( once upon a time ), une très vieille dame qui vivait dans une tour ( d'ivoire ? ), très loin du monde, pour son malheur ( bonheur ? ), dans une infinie solitude.

 

               C'est pour cela qu'elle était obligée depuis des siècles ( jours ? mois ? années ? ) de s'inventer des histoires, aventures, comédies ou tragédies, suivant  l'humeur du moment.

 

                Le plus étonnant  était, sans doute, que la plupart de ces histoires étaient vraies, pas toutes, heureusement... Elle les appelait des anecdotes...

 

                Bien malin celle ou celui,connaissant ou non Cacao, capable de démeler  le vrai du faux ...Beaucoup essayèrent, à travers les siècles ( jours ? mois ? années ? ), aucun ne réussit... Il est vrai que Cacao est (était) un peu sorcière...

                On raconte parfois, à mots couverts, les soirs de pleine lune, que quelques "Happy  Few", en de rares occasions, percèrent le mystère...Très peu.... Et que,  bizarrement, on ne les revit  jamais ....

 

                Alors chers lecteurs, à vos moments perdus, et au risque de perdre votre vie...( santé, temps, raison),  tentez à votre tour de déjouer les pièges des vraies ou fausses

 

        AVENTURES

 

                                                                        DE

 

 

                                                                                                                      CACAO...............

 

 

 

 

                                                                                                A PLUS DANS  L'AUTOBUS.....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par cacao.over-blog.fr - Communauté : ARCHITECTES D'INTERCOEURS
Ecrire un commentaire - Voir les 169 commentaires
Mercredi 28 juillet 2010 3 28 /07 /Juil /2010 18:14
                                                                                   http://wintersnow.bandcamp.com      Téléchargement gratuit

 

 

 

 

 

 

 Attention !!!! Toutes similitudes avec des personnes, des animaux, des évènements existants, ou ayant existé, ne serait que pure coïncidence....L'auteur se dégage par avance de toute responsabilité vis à vis des tribunaux, pour le cas où un quidam se reconnaitrait (à tort) dans toutes les anecdotes rapportées par la pauvre Prunie L'Aventurière...             

 

 

 

 

                               UNE ANECDOTE RAPPORTEE PAR PRUNIE L'AVENTURIERE  ......

 

 

 

          Or, donc, Cacao, recluse dans sa tour, recevait malgré tout, parfois, quelques visites. La plus assidue de ses amies était une pauvre fille appelée Prunie L'Aventurière, en  raison  de sa propension à changer en aventures extraordinaires les très petits "évènements" jalonnant sa vie trop ordinaire.          

 

           Mais pourquoi "Prunie" ??? Me direz-vous.... Parce qu'elle avait une tete de  prune. C'est une réponse suffisante, non ?  

Prunie L'Aventurière (P'L.A.) n'était pas du tout née à L.A., on ne savait trop d'où elle venait du fait de son imagination délirante qui lui faisait sans cesse essayer de faire gober à Cacao-La-Sage les inepties les plus navrantes....

 

          P'L.A. se présenta un soir chez Cacao et lui relata une des anecdotes de sa fertile journée : P'L.A. faisait le ménage chez de nombreuses personnes agées pour le compte d'une obscure association qui la payait fort mal (mais ceci est une autre histoire...) . Elle était par conséquent obligée, faute de mieux, d'engranger des souvenirs, qu'elle nommait, on ne sait pourquoi, des anecdotes.

 

         -  Alors, cette anecdote ??? 

         -  Ca vient !!!

         -  Ouf!!! Pas dommage !!! Ca devenait un tantinet longuet ...

 

 

           L'anecdote du jour :  Il vous manque malheureusement (heureusement!!! Ouf !!!)  la voix de P'L.A. :

 

 

 

           Ce matin, je suis allée faire un remplacement chez un couple. Le pépé a eu un A.V.C, il a le visage à moitié paralysé, la bouche tordue et un oeil toujours ouvert ...méfiance, il ne dort que d'un oeil, pas intéret à faire ronfler l'aspi en s'asseyant pour souffler un peu...Or, donc, je me pointe, la Mamie Nova me dit que l'eau est coupée, et qu'en conséquence je ne pourrai pas baigner son mari (chose dont pourtant je revais, tu le penses bien, ma chère Cacao...) et que je n'avais donc qu'à le raser (fastoche avec sa tronche symétrique, mais on sait pas comment on sera à son age...hein, ma vieille Cacao...).

 

            Mamie m'informe, dans la foulée, qu'elle ne peut jamais lui donner le bain elle-meme, du fait qu'elle a du diabète...raison majeure s'il en est...

 

            L'opération rasage + friction à l'après-rasage accomplie, puis l'opération peignage, des 5 tifs avec le peigne à 3 dents (sale, bien sur...mais quand on n'a pas d'eau depuis la veille...hein...) l'affaire se corse...

 

            Il s'agit de faire le lit et la chambre. Cela semble facile, la pièce est rangée et bien tenue (votre collègue est bien aimable, elle est dévouée, elle s'occupe bien de mon mari, parce que moi avec mon diabète vous comprenez...l'autre jour elle s'est rendu compte que mon mari allait mettre le feu à la véranda...il fume trop....je sais pas pourquoi, le mégot lui avait glissé de la bouche, son polo commençait à cramer, c'est pas grave, elle y a fait un point, mais c'est qu'il m'a un peu brulé le coussin du canapé en rotin...regardez, votre collègue l'a retourné, pour que ça fasse pas honte, elle est bien serviable...parce que moi, avec, mon diabète, vous comprenez, je peux pas etre partout...)

 

 

          Or, donc, revenons à nos moutons, la chambre ! Pas le moindre mouton justement, du billard, un coup de chiffon sur les meubles, un coup d'aspi sur le lino + les 2 descentes de lit...et basta... Et là, Mamie Nova passe la tete dans l'embrasure de la porte et déclare :

 

         -  J'ai oublié de vous dire, j'ai plus ma tete avec mon diabète, votre collègue, avant d'aspirer, elle vaporise du Fébrèze sur les descentes de lit, elle dit que c'est plus sain.

 

         -  Ah ! Vous avez un chien ! Je l'ai pas vu ! 

 

         -  Non, non ! C'est pour quand on pose les pieds, malgré tout, y a des odeurs...

 

 

 

                                        A DEMAIN DANS L'TRAIN.................................................................................................

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par cacao.over-blog.fr - Communauté : ARCHITECTES D'INTERCOEURS
Ecrire un commentaire - Voir les 92 commentaires
Mercredi 6 octobre 2010 3 06 /10 /Oct /2010 19:57

 

 

 

 

           Et oui, ma pauvre Cacao, il y a longtemps que je ne suis pas passé te voir...J'ai été débordée avec mes remplacements d'été. Mais rassure-toi, meme si aujourd'hui je ne reste pas beaucoup, car j'ai quelques raves pressantes à cuire, j'ai dans ma tete de nombreuses histoires extraordinaires à te raconter. On m'appelle d'ailleurs parfois Prunie Allan Poe, bien que je n'aie pas souvent du pot...comme Perrette et son pot au lait...j'ai souvent dit "Adieu veaux, vaches, cochon, couvée"...c'est la vie des terribles aventurières...

 

 

          Or donc, ma vieille Cacao, je te narre quand meme, vite fait bien fait, cette douce petite anecdote :

 

Lors de mes remplacements d'été, je me rendis chez un Monsieur seul, veuf, dont on m'avait dit le plus grand mal. Déjà, du coup, ça m'attirait, car tu sais que j'ai un penchant certain pour ceux qui marchent en-dehors des clous...

 

 

Me voici finalement en sa demeure, très excitée par les évènements sulfureux qui risquaient, je l'espérais, de se produire.

Au début, je fus un peu déçue. Il me dit bonjour, le plus naturellement du monde, et me demanda simplement de faire sa chambre, pendant qu'il sortait pour ses courses.

J'allai docilement, bien que trainant un peu les pieds, dans la dite chambre, prete à faire sinon diligemment ( n'oublions pas que le mec n'était plus là pour surveiller ), mais du moins acceptablement, le lit, la poussière et le petit coup d'aspi qui parachève divinement toute oeuvre de ce type.

 

Et là, que vis-je sur la table de nuit ? UN LIVRE, un seul, le seul de la chambre, et de la maison d'ailleurs, dont le titre était :

 

                                      COMMENT ACHETER, GARDER ET SERVIR DU VIN

 

 

 

 

Je sus à cet instant qu'un tel homme ne pouvait etre mauvais bougre, et compris en meme temps pourquoi les gens de bonnes manières ne le trouvaient pas à leur gout... Car, ainsi que le chantait le Petit Père Brassens : 

 

                             "   Les braves gens n'aiment pas que..

                                                             L'on suive une autre route qu'eux..."

 

 

                                                                                             A PLUS TARD DANS L'CAR...   

 

 

 

P.S....A suivre... Plus tard ( dans l'car, à pied, à cheval ou en voiture, en jeans, en short ou en djellaba...)  et dans le désordre   :

          -   Comment Prunie l'aventurière retrouve et capture les animaux perdus...

          -   Pourquoi elle aimerait bien faire adopter ceux qu'elle nourrit...          

          -   D'innombrables anecdotes de plus en plus croustillantes....

          -   Mon gendre est un feignant.

          -   Histoires de lunettes.

          -   Pourquoi la vieille Cacao va enfin toucher un bout de retraite et par quel métier elle a obtenu ce

              merveilleux privilège : petit  indice : une de ses anciennes activités était dompteur de fauves..

          -   Une foule d'aventures encore... Mais ceci est une autre histoire...extraordinaire.... Alors ne quittez pas,

              votre  interlocuteur finira par vous répondre... 

 

 

 

Par cacao.over-blog.fr - Communauté : ARCHITECTES D'INTERCOEURS
Ecrire un commentaire - Voir les 19 commentaires
Vendredi 8 octobre 2010 5 08 /10 /Oct /2010 21:16
                                                                                      
                                                           
                                                               

 

                   Tiens,tiens ? On frappe chez Cacao ! Qui cela peut-il bien etre ? Ouvrons donc la porte...

 

 

-   Salut Prunie L'Aventurière !

     Te revoilà déjà ! Je suis bien aise que tu passes plus souvent voir ta vieille Cacao ! Alors ? Quoi de neuf sous le

     soleil ?

     A l'Ouest rien de nouveau ?                                           

 

-    Bof ! Pas grand chose d'intéressant, juste une petite anecdote...

 

-    Ah! Ah! Voyons voir !

 

-    Voilà ! Tu sais que je vais souvent travailler chez Jeannot..

 

-    Mais oui ! Celui de l'histoire de lunettes que tu  dois me raconter dès que tu auras plus de temps, car tu m'as dit que

     c'est une longue histoire ...

 

-    Lui-meme ! Quelle mémoire !

 

-    Alors !

 

-     J'arrive chez lui hier matin et le trouve tout énervé ! Au lieu de dire bonjour et de servir l' habituel petit café, que 

      je bois sans me presser, tu le penses bien, c'est toujours ça de gagné le temps où on s'assoit un peu...

      Donc ni bonjour, ni café, ni passionnante lecture à voix haute de la rubrique nécrologique du journal que je viens de

      lui apporter; tout frais sorti de sa boite aux lettres...

     ... Parce que, depuis qu'il a, du moins pour l'instant,  retrouvé ses lunettes, il s'est réabonné à "La Dépeche"...

 

 -   Et alors ?

 

-    Alors, ma pauvre Cacao, il se met à hurler : " Malheureuse ! Surtout ne rentrez pas dans la cuisine, vous allez vous

      noyer ! "

 

-    Oh la la ! Il a recommencé à boire ! Quelle calamité ce Jeannot !

 

-     Et non, tu n'y es pas du tout !  Il me déclare aussi sec : " A partir de maintenant, vous ne direz plus  je vais chez 

      Jeannot, vous direz je vais chez  LE  PALMIPEDE, vous m'entendez, LE PALMIPEDE... Parce que, bientot, il me 

      faudra

       LES PALMES, LE MASQUE ET LE TUBA pour aller faire MON CAFE...depuis HUIT JOURS QU'IL PLEUT !!!!

 

       POURQUOI ? Vous me demandez POURQUOI ? ( Il me criait bien dans les oreilles, je te le dis ! )

 

 

 

 

 

                   A CAUSE DE MON GRAND FEIGNANT DE GENDRE QUI NE ME CHANGE PAS LES TUILES !!!!!!!!

 

 

 

                                               A  LUNDI

 

                                                                                                 DANS

 

                                                                                                                                            L' TAXI...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par cacao.over-blog.fr - Communauté : ARCHITECTES D'INTERCOEURS
Ecrire un commentaire - Voir les 19 commentaires
Samedi 9 octobre 2010 6 09 /10 /Oct /2010 01:55
                                                                              BONJOUR ! JE SUIS JEANNOT !
 
                                                                               JE VAIS TRES BIEN sauf que j'ai souvent des soucis avec
                                                                                            
                                                                         MES LUNETTES... POURQUOI  VOUS ME
 
                                                                         DEMANDEZ POURQUOI
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
                                                                           ????    !!!!!    §§§§!!!?&***//+% µµµXQZWK???                                 
      
                                                      CECI EST UNE HISTOIRE VRAIE ( VRAIE DE VRAIE )
N.B. La rédaction est à améliorer, Cacao s'y emploiera, mais pour l'instant elle vous l"envoie comme ça car c'est du boulot et le temps lui manque.Elle s'excuse par avance pour la forme, le fond etant déjà "passionnant"...
 Pas le temps non plus pour l'instant de corriger les fautes d'orthographe.     __________________________________________________________________________________________________                                                                                    
 
                  Un automne, Jeannot partit tout guilleret aux champignons, après son petit café bien arrosé et ses ordres à Prunie l'Aventurière sur le travail à faire en son absence.
                  Chemin faisant, dans le bois humide, il glissa malencontreusement, se vautra dans la boue, et, dans la bataille, perdit ses lunettes. N'y voyant plus grand-chose, il ne put les retrouver, malgré ses nombreux efforts et ses glissades supplémentaires.  
                  Vexé comme un pou, il rentra chez lui au radar, traversa le salon, que la pauvre P.L'A. venait de laver, avec ses bottes crottées, et s'affala tout gluant sur son fauteuil de velours beige clair où instantanément se décalqua son avenante silhouette.
                  Quelques minutes plus tard, remis de ses émotions par le petit verre que son obligeante employée lui avait servi à sa demande pour le remonter un peu, il retraversa le salon que P.L'A. venait juste de relaver, et, sans se changer, se rua faire le tour du voisinage, afin de prévenir les foules que :
SI PAR HASARD QUELQU'UN ALLAIT AUX CHAMPIGNONS DANS LE BOIS QU'IL NE VOULAIT PAS NOMMER, CE COIN FERTILE EN CEPES  ETANT SON SECRET ,  ET QUE CE QUELQU'UN TROUVAIT DES LUNETTES TOUTES NEUVES, ELLES ETAIENT A LUi. EN CONSEQUENCE IL AVAIT INTERET A LES LUI RAPPORTER DANS LES PLUS BREFS DELAIS.
                 Bien qu'il parla un peu fort, plusieurs personnes lui offrirent néanmoins un petit verre pour le remonter, ce qui le mena deux heures plus tard chez Langue De Vipère, une habitante de son hameau, où justement P.L'A qui y  continuait sa journée de labeur venait de laver le carrelage. C'est ainsi qu'elle put le soir meme répéter le discours de Jeannot à Cacao, et l'informer que Langue De Vipère, prise de terreur, l' avait heureusement éconduit avant qu'il ne décalque sa superbe silhouette sur le canapé de velours blanc crème de la gente dame ( qui fut la seule à ne pas lui offrir le petit verre pour le remonter, bien mérité pourtant , déshydraté comme il l'était à force de hurler à travres tout le quartier.)
               Les jours suivants, notre héros essaya de lire la rubrique nécrologique avec les lunettes de sa défunte épouse, mais elles ne lui convenaient pas. Il finit par avouer l'anecdote à sa fille, qui le fit conduire chez l'ophtalmo par son gendre (celui-ci ayant beaucoup de temps libre du fait qu'il était...ce que vous savez).
Dans la salle d'attente bondée de l'ophtalmo, Jeannot eu trop chaud et enleva le beau blouson tout neuf que sa fille lui avait acheté au marché la semaine précédente. Son tour venu, à cause de son gendre qui ne lui y fit pas penser, il oublia son perfecto dans la salle d'attente. Il s'en souvint une heure plus tard,  en sortant du "Bar des amis" où il venait d'inviter son gendre pour le remercier de l'avoir transporté.
Immédiatemment, il intima à ce dernier  l'ordre de le ramener chez l'ophtalmo, où il fit un scandale parce que son blouson avait disparu. La secrétaire refusant de lui donner les noms et adresses des patients présents à la meme heure que lui, sous prétexte du secret médical, il se vengea en retournant dans la salle d'attente traiter de voleurs, de menteurs et de malpolis  les personnes arrivées à l'heure où son gendre remettait la tournée  au "Bar des amis" cinq kilomètres plus loin.  Son gendre lui fit remarquer, en vain, qu'aucune de ces personnes n'avait un blouson, sur elle ou dans sa poche, essaya de le calmer et de l'entrainer dehors.Jeannot tenta illico de l'assommer, manqua son coup de peu, mais réussit quand meme à lui envoyer, comme il le relata tout fier. plus tard, à P.L'.A. :
                  "  UN BON COUP DE PIED BIEN PLACE, OUI, OUI, C'EST COMME JE VOUS LE DIS
                                                     BIEN FAIT POUR CE GRAND FEIGNANT..."
  
             Malgré tout,  sa fille, pas rancunière, lui fit faire ses nouvelles lunettes, qui lui allèrent à merveille, moins cependant que celles perdues dans le bois...
             L'hiver arriva...Jeannot ralluma son joli poele à bois, qu'il chargeait facilement par le haut lorsque la buche n'était pas plus grosse que le trou. Dans le cas contraire il s'énervait un peu, la jetait au milieu de la pièce en critiquant SON GRAND CON DE GENDRE qui n'avait pas le compas dans l'oeil quand il fendait du bois...
             Il  continua ses lectures de rubriques nécrologiques bien au chaud dans son fauteuil avec ses magnifiques lunettes. Au bout d'un moment, commençant à avoir un peu froid, il se levai, afin, en alternance, de rajouter une buche, ou de se servir un petit remontant pour se réchauffer, dans le but louable d'économiser du bois pour sauver la planète.
             Et... un "beau" jour... ce qui devait arriver arriva...Il avait sans doute mal respecté l'alternance...ou s'était assoupi trop longtemps...
             Toujours est-il que, juste avant "Des chiffres et des lettres",( il était réglé comme une horloge à se réveiller pour son émission favorite ) il s'aperçut que son poele menacait de s'éteindre...
Tenant d'une main la grosse buche qui lui permettrait de tenir jusqu'à la fin de "Questions pour un champion", voire des "Actualités Régionales", et de l'autre le tisonnier apte à raviver CE GRAND CON DE FEU QUI S'ETEINT EN UN RIEN DE TEMPS PARCE QUE CE BOIS NE VAUT RIEN, il souleva le couvercle rond du poele. pencha la tete presqu'à l'intérieur du foyer, et ...avant  qu'il ait pu  constater  de visu que les braises étaient toujours fort rougeoyantes...comme il n'avait plus de main pour les retenir...les lunettes glissèrent... glissérent... et tombèrent dans le feu encore vigoureux... 
 
                                       
                                                                                          A  JAMAIS DANS LE TRAMWAY....
 
( Mais si, la suite va venir, car cette histoire de lunettes est  loin d'etre finie...Il y aura bien des rebondissements encore !! Alors soyez vigilants !! )
Par cacao.over-blog.fr - Communauté : ARCHITECTES D'INTERCOEURS
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés